Benjamin Boudou : “La crise migratoire est d’abord une crise de l’identité européenne”

Le Docteur en Science politique Benjamin Boudou a publié au printemps un riche ouvrage aux éditions du CNRS : Politique de l’hospitalité. 

Il a pour cette occasion accordé un entretien à la journaliste du Monde Céline Henne dont voici un extrait :

Qu’est-ce que les conceptions antiques de l’accueil et de l’intégration ont à nous apprendre sur la crise des migrants aujourd’hui ?

Une manière de lire l’histoire grecque et romaine est d’y voir deux modèles d’appartenance et d’unité politique. Les Grecs définissent un corps citoyen exclusif, laissant la possibilité à des étrangers de s’installer mais jamais de s’intégrer. A l’inverse, les Romains, pour des raisons politiques et militaires, ont une vision extensive de la citoyenneté, qui intègre les nouveaux conquis. J’en tire deux conceptions fondamentalement opposées de l’identité politique : l’une, statique, rend impossible l’ajout de nouveaux venus, car cela mettrait en péril l’identité ; l’autre, dynamique, est pensée indépendamment de la constitution à un moment précis du corps citoyen, et s’étend au fur et à mesure de l’intégration des étrangers. Ces idéaux types sont souvent, dans la réalité, plus hybrides, mais ils représentent bien, à mon sens, les deux pôles opposés de réaction en France et en Allemagne face aux réfugiés en 2015-2016. A ce titre, la « crise » migratoire est d’abord une crise de l’identité européenne, qui peine à réconcilier ses valeurs (dynamiques) et ses pratiques (statiques).

Vous pouvez retrouver la suite de cet entretien ici.

Benjamin Boudou était aussi en février dernier l’invité de l’émission Les Nouvelles vagues sur France Culture. L’émission est disponible en podcast en cliquant ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.