Soirée-débat « L’Europe et les réfugiés »

Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, ingénieure CNRS, membre du laboratoire DSC (UMR 6297), associée au CRHIA (Université de Nantes) et co-coordinatrice du projet CITER prendra part au débat sur le thème « L’Europe et les réfugiés », organisé par la Maison de l’Europe à Nantes.

Cette soirée-débat se tiendra le 25 juin 2018 à 19h                         au Bar « Mon oncle »,  16 rue d’Alger.

Pour plus de détails cliquer ici.

Colloque « Représentation et mémoire de la migration » – compte rendu

Le colloque international « Représentation et mémoire de la migration » a eu lieu à Nantes les 24 et 25 mai 2018, dans le cadre du projet Citer. Il était organisé par Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest Angers), Bettina SEVERIN-BARBOUTIE (Justus-Liebig Universität Gießen), Meryem YOUSSOUFI (Université Ibn Zohr Agadir), Zaihia ZEROULOU (Université Lille 1) et Dirk RUPNOW (Institut für Zeitgeschichte / Universität Innsbruck).

L’objectif premier de ce colloque était d’examiner l’articulation entre représentation et mémoire au prisme de l’immigration. Comme l’a rappelé Gwénola SEBAUX (Université Catholique de l’Ouest) dans son discours d’ouverture, cela implique une réflexion sur les liens entre passé et présent, car la manière de se représenter et de se remémorer les événements passés porte en elle une certaine vision de l’avenir commun. Cela signifie qu’un lien fort existe également entre ces problématiques et la question de la cohésion sociale. L’immigration est un objet particulièrement intéressant à cet égard.  Depuis les années 2000 en Europe on cherche de plus en plus à mettre en avant la mémoire de l’immigration dans le discours public. Ces initiatives ont une dimension civique. La recherche scientifique et l’écriture de l’histoire s’y mélangent de manière particulièrement frappante avec la production de lieux de mémoire. Les représentations qu’on crée ainsi invitent nombre de questions : quel rôle jouent ces représentations dans la cristallisation de l’identité d’un groupe ? Quel rapport entretiennent-elles avec sa mémoire ? Quels événements ce groupe choisit-il de retenir et pourquoi ? Les interventions des deux journées de ce colloque apportent chacune un éclairage nouveau à ces questionnements.

Les difficultés  propres aux tentatives de représenter l’immigration étaient au cœur du keynote donné par Dirk RUPNOW (Institut für Zeitgeschichte, Innsbruck). Parmi celles-ci, on peut d’abord compter la politisation du sujet, qui rend les termes mêmes du débat chargés politiquement et leur utilisation malaisée. Il faut également noter les lacunes et les silences de l’histoire. L’immigration est encore souvent un vide dans les mémoires collectives et le migrant paraît, selon la formule d’Alfred Schutz, comme un « homme sans histoire »[1]. De plus, dans cet examen de représentations de l’immigration, nos propres histoires scientifiques doivent être prises en compte : on doit réfléchir sur leurs tendances à se limiter aux cadres nationaux et sur le lien étroit qu’elles entretiennent avec l’essor des États-nations ainsi qu’avec l’établissement des empires coloniaux.

En même temps, on constate une nécessité évidente de représenter l’immigration pour donner une voix à ceux qui n’en ont pas. Les initiatives qui vont dans ce sens font encore trop souvent l’économie d’une réflexion approfondie sur les significations qu’elles produisent. Il serait  nécessaire de s’interroger davantage sur les acteurs à qui on donne la parole, sur leurs relations mutuelles et les rapports de pouvoir qui peuvent exister entre eux. Cet élément en particulier a attiré l’attention du public à la suite de cette intervention, et la discussion a porté aussi bien sur les acteurs qui produisent les représentations des migrations, que sur le public auquel elles s’adressent.

L’intervenant souligna également qu’il est important  de ne pas céder à l’illusion que pourrait créer l’apparition du terme « post-migration », à savoir que les processus examinés appartiendraient au passé plus qu’au présent. Ce terme a été l’objet d’un vif débat avec le public, révélant ainsi son ambiguïté : terme positif visant à inclure la migration dans les narrations nationales, il porte aussi un risque d’invisibilisation des migrations présentes.

Finalement, l’intervenant s’est demandé si l’on devait, à l’instar d’Edouard Glissant, s’interroger sur un droit à l’invisibilité : doit-on vraiment rendre visible ce qui différencie les migrant.e.s ? Ne serait-ce pas une manière de les mettre à l’écart ? Est-ce réellement ce que souhaitent les premiers intéressé.e.s ? On a remarqué, dans le débat qui a suivi, qu’un lien peut être établi entre cette idée et celle de la « post-migration » : si par le passé on mettait surtout l’accent sur l’indifférenciation, aujourd’hui on est passé à une recherche de visibilité, qui ne se situe pas forcément en fracture avec l’universalisme, mais s’inscrit dans une logique d’égalité réelle plutôt que formelle. Dans les deux cas, une tension existe entre la volonté de reconnaissance des voix des immigrés et le risque d’essentialisation qu’elle implique.

Toutes les interventions qui ont suivi ont montré des acteurs et des projets aux prises avec ces questions. Le lien entre le présent et le passé, la complexité des positionnements dans un paysage marqué par la politique, ou encore l’ambiguïté des termes et des concepts utilisés pour penser la mémoire de l’immigration étaient des thèmes récurrents. On peut organiser ces interventions autour de trois thématiques principales : premièrement les identifications et auto-identifications des  acteur.rice.s ; deuxièmement, les discours eux-mêmes et l’écriture de l’histoire ; et troisièmement les institutions, les infrastructures et les espaces où ces narrations sont produites et diffusées.

Plusieurs interventions mettaient l’accent sur la complexité et la multiplicité des identifications. On y mettait en exergue les nombreux processus en jeu dans la production des identités : des assignations administratives, aux stratégies d’autoreprésentation choisies par les migrant.e.s, en passant par les injonctions contradictoires qui peuvent exister sur ce plan au sein d’une société.

Ces dynamiques sont présentes dans les interactions entre une communauté et l’administration publique. C’est le cas des Kurdes de Turquie installés dans l’Ouest de la France depuis les années 1970, qui étaient l’objet de la communication de Coline RONDEAU (Université d’Angers). Les qualificatifs et assignations utilisés par l’administration varient, et les Kurdes adoptent différentes stratégies pour y faire face. Un décalage peut exister entre les statuts assignés et les identités revendiquées, mais il faut également noter que la kurdicité n’est pas vécue de la même manière par tou.te.s. C’est ainsi qu’on aboutit à une certaine invisibilisation de cette communauté, et cela malgré des efforts de mise en visibilité menés par des « entrepreneurs de mémoire ».

La complexité et la multiplicité des identités se voient aussi dans les expériences et représentations des jeunes pavillonnaires racisés étudiés par Adrien BENAISE (Université de Lille 1). L’intervenant se basait sur une enquête qualitative dans deux communes limitrophes, dont l’une est une cité HLM et l’autre un quartier pavillonnaire. Il examinait ainsi les constructions identitaires dans un contexte de forte ségrégation sociale et spatiale. Les jeunes issu.e.s d’immigration extra-européenne vivant dans le quartier pavillonnaire sont objet de processus de racialisation et cherchent à négocier leur position dans ce contexte. Leur situation est celle d’un « entre-deux », à la frontière entre les deux groupes. Les attitudes et stratégies qu’elles et ils adoptent varient, mais la question qui persiste est de savoir comment ces jeunes pourront devenir des Français.es comme les autres. Un travail approfondi sur l’histoire de la France semble nécessaire pour l’accomplir.

C’est une position tout aussi complexe qu’occupe le groupe analysé par Gloria PAGANINI (Université de Nantes) : les « Nouveaux Italiens » de Nantes. Il s’agit de personnes de nationalité italienne issues de familles immigrées. Leur parcours est donc marqué par une double expérience de migration : d’abord celle de leurs parents vers l’Italie, et ensuite leur propre déplacement vers la France. Alors que l’on pourrait s’attendre à ce que ce deuxième départ soit dû à la crise économique, on se rend compte que ces personnes sont en général issues de familles durablement inscrites professionnellement en Italie. La décision de quitter l’Italie pour ces jeunes représente donc plutôt un déclassement temporaire, dans l’espoir d’une ascension future. De manière générale, il s’agit  d’une décision prise par les parents. L’attitude de ces jeunes envers ce choix familial est marquée par une reconnaissance du sacrifice des parents et une valorisation du courage face aux défis de la migration. Il est dès lors important de s’interroger sur les effets psychologiques, et les effets sur le parcours des enfants, de ces idées et valeurs que ces jeunes souhaitent incarner.

Cet ensemble d’interventions examine ainsi la multiplicité et l’inventivité des identifications et des parcours des migrant.e.s et leurs descendant.e.s. En même temps, on note qu’elles et ils évoluent dans un contexte marqué par des assignations administratives parfois arbitraires, par la prégnance des processus de racialisation, et par un certain décalage entre les parcours réels et leurs perception dans l’espace public.

Ce dernier élément, à savoir les discours sur l’histoire et les perceptions des migrations existant dans l’espace public, était plus spécifiquement examiné dans une autre série d’interventions.

Ces discours peuvent parfois être plutôt un manque de discours, comme le montre l’intervention de Francesco PONGILUPPI (Université La Sapienza de Rome) sur l’émigration italienne en Méditerranée orientale. Peu d’études existent sur l’émigration italienne vers l’espace correspondant aujourd’hui à la Turquie, et cela malgré une importante communauté italophone résidant en Levant à partir de l’époque ottomane. La représentation de cette communauté est passée du mépris au mythe, et du mythe à l’oubli. La mythologisation de ce groupe était le fait des politiques nationalistes et colonialistes de l’Italie, et ensuite de la politique fasciste. C’est pour ces raisons que cette phase est suivie par une période de désengagement historiographique. Dans ce processus, l’hétérogénéité de ce groupe a également été oubliée. On voit donc ici la mémoire d’une communauté à la merci des facteurs politiques et géopolitiques du moment.

Un autre éclairage sur l’articulation entre un moment historique et l’immigration était offert dans la communication d’Onur ERDUR (Humboldt-Universität zu Berlin) sur les migrant.e.s en Allemagne au moment de la chute du mur de Berlin. Prenant comme point focal une photo célèbre d’un homme issu de l’immigration tenant une pancarte où l’on lit : « Nous sommes aussi le peuple », l’intervenant réfléchissait sur ce que la mémoire des communautés immigrées peut nous dire sur ce lieu commun de l’histoire en Allemagne. On découvre ainsi que cette révolution a eu pour résultat d’exclure une part de la population. Pour une partie des migrant.e.s et leurs descendant.e.s, la réunification a été vécue comme une période d’incertitude quant à leur appartenance à l’Allemagne et la possibilité d’y rester. Dans ce contexte, le fameux slogan de la photo pose la question de l’identité du peuple allemand : qui est le peuple ? Comment devient-on membre ? Comment cette nation se positionne-t-elle par rapport aux autres ? Cette notion de peuple, dont l’usage diffère entre l’Allemagne et la France, a donné lieu à un débat dans le public qui mettait en lumière la multiplicité des sens derrière les termes utilisés pour parler des identités collectives.

On voit ainsi apparaître la question du lien entre l’inclusion des migrant.e.s dans les récits d’histoire et leur inclusion réelle dans la société. Cette problématique d’inclusion était particulièrement bien visible dans la réflexion de Stefan GOCH (Universität Bochum) sur la migration dans l’espace social du bassin de la Ruhr. S’appuyant sur une étude statistique de la structure des milieux sociaux par ville, l’intervenant questionnait l’idée de la Ruhr comme creuset. En effet, la Ruhr est une région métallurgique, où historiquement la population nouvellement arrivée parvenait à s’inscrire. La vie était organisée autour de la métallurgie et les modes de vie se ressemblaient. Récemment, la différentiation se fait plus sentir et les statistiques le confirment. L’image de la Ruhr qui en ressort est celle d’une région désertifiée, où le capital humain est en train de disparaître. Cette différenciation des situations et conditions de vie est en lien avec l’histoire de l’immigration et il ne s’agit donc pas d’un modèle qui parvient à inclure tout le monde. Pour intégrer les populations immigrées dans les sociétés locales il serait nécessaire de mettre en place un État social actif et activiste.

Enfin, la présentation de Felix WIEDEMANN (Freie Universität Berlin) abordait la question des discours sur la migration par le biais des narrations dans l’écriture de l’histoire vers 1900. Elle explorait ainsi l’idée, présente aussi dans les interventions précédentes, que l’on observe toujours le passé à la lumière du présent. L’intervenant distinguait trois catégories de narrations de migration à cette période. La narration de fondation raconte l’appropriation d’un espace pour le développement d’une culture. Cette installation est vue comme un acte fondateur pour un pays ou une civilisation. Les histoires de la fin en sont en quelque sorte le pendant négatif : ici, les migrants viennent de l’extérieur et détruisent tout. Les récits de mélange donnent à voir le changement entraîné par la migration comme moteur du développement culturel. Cependant, il faut noter que même ce dernier type de récits n’est pas uniquement positif et que les migrant.e.s sont toujours vu.e.s à l’aune de ce qu’ils ou elles apportent dans ce mélange. Le lien entre récit du passé et perception du présent est d’autant plus frappant que certains de ces récits trouvent des parallèles avec les discours d’aujourd’hui.

La manière dont les migrations sont présentées dans les discours, racontées à travers les récits, et montrés ou invisibilisées dans les narrations nationales entretient donc un lien étroit avec la capacité d’une société à inclure les migrant.e.s et les descendant.e.s. De nos jours, nombre d’institutions et initiatives cherchent à promouvoir cette forme d’inclusion.

Les musées étaient la forme d’infrastructure de mémoire collective qui a le plus attiré l’attention des intervenant.e.s et une grande variété de cas, de formes et d’échelles a été examinée. Ainsi, Markus WALZ (Hochschule für Technik, Wirtschaft und Kultur, Leipzig) s’est penché dans sa présentation sur la spécificité des musées locaux et régionaux. Ces institutions sont organisées par cercles concentriques car les territoires auxquels elles sont consacrées s’imbriquent. Néanmoins, elles présentent toutes une rétrospective de ce qui est local : dans un tel musée, l’habitant.e local.e regarde vers le passé et y voit son histoire. C’est la cause de leur caractère exclusif. Le musée local présente l’histoire de ceux et celles qui sont « d’ici » et l’étranger.ère ne peut pas s’approprier ce qui y est présenté, ni s’y reconnaître. Les solutions pour sortir de cette tendance exclusive ne sont pas évidentes. Les tentatives d’inclusion, par exemple par la présence des objets liés à l’immigration, peignent souvent une image culturalisée des migrant.e.s et ne font que prolonger l’altérité. Une solution serait peut-être à chercher dans le glocal et consisterait à  intégrer le contexte plus large dans l’histoire locale.

Le projet « Diversité au musée en focalisant sur les migrations et le genre » présenté par Verena LORBER et Michaela TASOTTI (Universität Salzburg)  traite également de musées et expositions régionaux. Centrée sur six musées de Styrie, il offre un exemple de coopération entre des chercheuses et des responsables de musées. Son but est de questionner les stratégies et les pratiques muséales, pour mieux intégrer l’histoire de la migration dans les expositions.

L’intervention de Francesco FEDERICI (Università Iuav de Venise) se focalisait, quant à elle, sur des expositions individuelles plutôt que des musées entiers. Elle était centrée autour d’une comparaison entre deux expositions : « Faire les Italiens. Une exposition pour les 150 ans de l’Histoire d’Italie » à Turin et « Ciao Italia ! Un siècle d’immigration et de culture italiennes en France » au Musée National de l’Histoire de l’Immigration de Paris. L’intervenant proposait ainsi une réflexion sur la façon de représenter l’Italie en Italie et en dehors de l’Italie. Bien que ces deux expositions mettent en œuvre des méthodologies muséales très différentes, il en ressort dans les deux cas une vision morcelée, fragmentaire du passé italien qui sert peut-être à montrer la complexité de l’identité nationale.

Le Musée National de l’Histoire de l’Immigration était aussi au cœur de la présentation de Sandrine LE CORRE (Université de Paris VIII), qui consistait en une analyse des œuvres d’art contemporain dans la collection de ce musée. Ces œuvres se caractérisent par ce que l’intervenante qualifié d’une « esthétique de l’entrevoir », présentant des images floues, incertaines, qui se dérobent à la lecture. Cette forme de représentation peut se positionner en rupture avec le but avéré du musée : rendre visible l’histoire de l’immigration. Mais cela peut aussi être une manière de refléter l’état d’entre-deux qui marque les expériences de migration et de questionner par-là la capacité d’un musée à donner à voir l’ensemble du vécu des migrant.e.s.

Alors que les interventions précédentes se focalisaient sur des cas précis, la communication de Hans Peter HAHN et Friedemann NEUMANN (Goethe-Universität Frankfurt) proposait une réflexion plus générale, tout en examinant plusieurs exemples concrets. De nos jours, les expositions sur le thème de la migration deviennent une des priorités de la politique culturelle, mais, selon les auteurs, jusqu’à maintenant les musées n’ont pas réussi à refléter de manière adéquate la migration. Cela peut être dû au lien fort existant entre musée et État-nation[2]. La tension entre le musée comme reflet de l’idée d’une nation homogène et la volonté d’y montrer la multiplicité n’est toujours pas résolue. Trois exemples étaient utilisés pour le montrer : le Musée Historique Allemand de Berlin avec une exposition intitulée « Immer Bunter » (« Toujours plus coloré ») ;  le Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris ; et la Maison des émigrants allemands. Dans certaines de ces expositions on parvient à donner la parole aux migrant.e.s et à créer de l’empathie chez le public. Mais chacune de ces initiatives échoue d’une certaine manière. Le nationalisme méthodologique n’est jamais mis en question et  le destin des migrant.e.s est toujours vu comme spécial, exceptionnel. On y trouve aussi une certaine essentialisation de la différence culturelle. L’idée que, à terme, les migrants doivent s’adapter à la société d’accueil est également très répandue, confirmant une vision de la nation homogène. Il ne s’agit donc pas, dans ces musées, d’un  dépassement de frontières, mais d’une réification des différences. Pour surmonter cette impasse, il faudrait éviter d’assigner l’altérité aux migrant.e.s.

A côté des musées, un autre type d’institutions examinées étaient les archives et les centres de documentation. Sandra VACCA (DOMiD Köln) a ainsi exposé l’activité de DOMiD (Centre de documentation pour l’immigration en Allemagne) : une institution qui cherche préserver la mémoire de l’immigration en rassemblant des objets et recueillant des témoignages. Cette présentation offrait notamment une réflexion sur la définition d’un objet de migration, qu’elle voyait surtout comme un objet avec une histoire, ouvert à l’interprétation. Ainsi, il est possible que beaucoup de musées disposent déjà des collections de l’immigration sans le savoir, car c’est le regard qu’on porte dessus qui fait un objet de migration. Un autre défi pour ce type d’institutions est le rapport de confiance qu’il est nécessaire d’établir avec les populations concernées.

Ce thème est revenu également dans la présentation de Jürgen LOTTERER (Stadtarchiv Stuttgart) sur les archives municipales. L’intervenant a commencé par mentionner quelques difficultés liées à la prise en compte des migrations dans ce contexte. S’il existe des documents officiels concernant les migrant.e.s, et des documents produits par des associations, le sujet reste peu visible au niveau de la représentation non-officielle. Cela signifie le manque de représentation de certaines fractions de la société. C’est ce qui explique le rôle crucial, dans l’agrandissement des archives, des « cultural brokers », c’est-à-dire des personnes qui ont une certaine compétence interculturelle grâce à laquelle elles aident les autres à traverser les frontières culturelles. C’est souvent sur ces personnes, intégrées et actives dans les associations, que repose le succès des initiatives d’archivage.

Ces institutions, bien que cruciales, ne sont pas les seuls espaces où l’on produit des représentations des migrations. D’autres acteurs sont présents et d’autres initiatives, souvent moins formelles, existent.

Les médias peuvent être des acteurs clés de ce processus de production de représentations. L’intervention de Constantin ECKNER (University of St. Andrews) a fourni un bon exemple de la manière dont les médias – et en particulier la presse écrite – peuvent chercher à se situer par rapport au sujet des migrations. En examinant la presse ouest-allemande dans les années 80, l’intervenant a montré que les médias passent par des phases alternatives : après avoir pris conscience du phénomène, ils le commentent, puis cherchent à se situer comme influenceurs et donner forme au débat.

Cependant, de nos jours, les médias traditionnels ne sont pas les seuls à influencer les réactions du public vis-à-vis l’immigration. Comme l’a rappelé Naima AABCHANE (Université Ibn Zohr Agadir), les nouveaux médias permettent une vision de l’actualité plus immédiate, sans intermédiaires. Cela n’est pas sans risques, comme l’illustre le cercle vicieux qui semble s’être installé entre les médias sociaux, les politiques et le public concernant les migrations. L’image qui prévaut depuis quelque temps est celle d’une « crise des migrants », s’accompagnant d’images déshumanisantes, qui amplifient l’impression d’une situation d’exception. On peut dès lors s’interroger sur la possibilité d’un impact positif de ce type de médias. En l’état actuel, leur rôle dans la création des représentations de la migration reste hautement ambigu.

L’exemple des médias sociaux nous rappelle que la représentation des migrations se fait aussi « par en bas ». C’est également le cas des initiatives décrites dans la présentation de Janine SCHEMMER (Alpen-Adria-Universität Klagenfurt). Cette intervention était focalisée sur les pratiques quotidiennes et artistiques dans la région du Frioul, à la frontière entre la Slovénie et l’Italie. Il s’agit d’une région qui se dépeuple et où la migration est surtout présente par l’absence de ceux et celles qui sont partis. Dans ce contexte, certaines personnes originaires du Frioul y retournent pour chercher à préserver la mémoire de la région et lui donner une visibilité. Des festivals et des projets artistiques se sont notamment mis en place. Bien que cela ne résolve pas les problèmes économiques qui poussent les habitant.e.s à l’émigration, ce genre d’efforts permet de recueillir leurs témoignages, et de placer cette périphérie au centre des attentions européennes.

Dernièrement, la présentation d’Albrecht SONNTAG (ESSCA School of Management, Angers) explorait les représentations des migrations dans l’espace particulier qu’est le monde du football. Il s’agit d’un domaine où la mémoire est extrêmement importante et qui possède une certaine puissance symbolique. C’est aussi un domaine où les migrations sont fréquentes et les personnes issues de l’immigration nombreuses. Ainsi, un débat sur la place des migrant.e.s dans le football a depuis les années 80 accompagné le débat plus général sur l’immigration dans les pays européens. On remarque que de plus en plus de personnes partagent une perception positive des joueur.euse.s issu.e.s de l’immigration, ce qui pourrait contribuer à l’intégration sociale des populations immigrées.

Le colloque s’est accompagné de la projection du court-métrage documentaire « Traversées de la mémoire » d’Erika THOMAS (Université Catholique de Lille et Université d’Artois), sélectionné dans la catégorie Meilleur Court Métrage Documentaire au Festival Amnesty International Au Cinéma pour Les Droits Humains (PACA Languedoc Corse mars 2018).

Pour conclure, plusieurs points centraux peuvent être relevés :

  • L’idée d’un lien entre le présent et le passé, entre mémoire du passé et représentations du présent, soutenait l’ensemble des communications de ce colloque.
  • Une forme particulière de ce lien semble être la source de nombre de difficultés auxquelles se confrontent les tentatives de représenter les migrations dans l’espace public. En effet, une part importante des acteurs en présence – musées, archives, institutions culturelles – prennent leurs racines dans un passé national et entretiennent un lien de parenté avec l’idée d’État-nation. Les discussions de ce colloque ont donc souvent abordé la tension qui existe entre ce cadre national et la volonté de parler de la diversité et du mouvement. L’évolution historique, qui a mené à la création des institutions mobilisées aujourd’hui pour parler des migrations, les ancre dans l’époque du nationalisme et les a longtemps poussé à négliger la mobilité.
  • Les migrations sont pourtant un fait humain, omniprésent non seulement de nos jours, mais à travers l’histoire. Les représenter revient donc non pas tant à ajouter un nouvel élément aux faits connus, qu’à intégrer dans nos imaginaires une part du réel longtemps occultée. Plutôt que de créer des cadres spécifiques pour la représentation des migrations, la solution pourrait donc peut-être consister à les inclure dans les récits existants, de parler de ce qui dans nos sociétés est mobile et non seulement de ce qui est stable. Cela impliquerait aussi de restituer le contexte large dans lequel les migrations se produisent et d’explorer les liens entre l’histoire des nations européennes et celle des migrant.e.s. C’est donc un véritable désapprentissage des modes de pensée reçus qui serait nécessaire. A l’heure actuelle, il semble que ce processus est encore loin d’être accompli.
  • Cela est d’autant plus important que le lien entre le passé et le présent va dans les deux sens. Si on lit toujours le passé à la lumière du présent, ce sont les idées qu’on se fait du passé qui fournissent les grilles de lecture du présent. Il est donc crucial de s’interroger sur ce que nos récits et imaginaires de l’histoire donnent à voir et ce qu’ils rendent invisible. Les représentations ainsi produites peuvent, en effet, avoir des conséquences très réelles dans la vie des migrant.e.s et leurs descendant.e.s aujourd’hui.

[1] Schutz, Alfred, L’étranger : un essai de psychologie sociale, Paris, Éditions Allia, 2003.

[2]    Anderson, Benedict, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, La Découverte, 1996

Emission « Quelle citoyenneté pour les migrants? Quelle mémoire de l’immigration? » réalisée en partenariat avec Euradionantes

L’intervention « Quelle citoyenneté pour les migrants? Quelle mémoire de l’immigration? », préparée dans le cadre du projet Citer, a été diffusée dans l’émission On n’est pas sorti de l’Europe!  sur Euradionantes (101.3 FM) le 23 mai 2018.

Cette émission a été réalisée en lien avec le colloque  « Représentation et mémoire de la migration » qui s’est tenu les 24 et 25 mai 2018 au Château des Ducs de Bretagne à Nantes.

Elle sera la première d’une série d’émissions intitulée « EU Citizen ».

Version française :

Version anglaise :

Représentation et mémoire de la migration : trois vidéos à découvrir !

Les 24 et 25 mai 2018, Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest Angers), Bettina SEVERIN-BARBOUTIE (Justus-Liebig Universität Gießen), Meryem YOUSSOUFI (Université Ibn Zohr Agadir), Zaihia ZEROULOU (Université Lille 1) et Dirk RUPNOW (Institut für Zeitgeschichte / Universität Innsbruck, ont organisé le colloque international :

REPRÉSENTATION ET MÉMOIRE

DE LA MIGRATION

Dans le cadre du projet CITER « L’Europe et les frontières de la citoyenneté ».

Kaja SKOWRONSKA, docteure en sociologie et science politique, et postdoctorante du projet CITER, vous propose un retour en vidéo sur les grandes thématiques du colloque grâce à des entretiens réalisés avec trois intervenant.e.s du colloque.

Les intervenant.e.s se penchent tou.te.s sur le rôle que jouent les représentations de la migration dans notre manière d’appréhender la citoyenneté et la nation aujourd’hui, et reviennent ensuite sur un élément plus spécifique à leurs recherches.

Dirk RUPNOW, est historien et Professeur à l’Institut für Zeitgeschichte de l’Université d’Innsbruck, dont il est également le directeur. Ses recherches portent notamment sur l’histoire des migrations, les politiques de mémoire et la muséologie. Dans cette vidéo, il réfléchit sur le rôle et la position de l’historien par rapport à la production des représentations de la migration.

Francesco PONGILUPPI est docteur de l’Università La Sapienza di Roma. Il se spécialise dans l’histoire de la communauté italo-levantine – un groupe de migrant.e.s et leurs descendant.e.s peu présent dans l’historiographie. Ici, il s’interroge sur les raisons faisant que, de manière générale, on privilégie certaines histoires des migrations dans les récits collectifs.

Sandra VACCA travaille au Centre de Documentation pour l’Immigration en Allemagne (DOMiD) de Cologne. Cet organisme se charge de préserver, mais aussi d’exposer et rendre accessibles des fonds d’archives relatifs à l’histoire de l’immigration. Sandra Vacca vous parle ici de la spécificité et des enjeux particuliers de la collecte des documents et témoignages sur ce sujet.

Vidéos réalisées avec le soutien du Pôle audiovisuel et multimédia de l’Université de Nantes et l’accord du Château des Ducs de Bretagne – Musée d’Histoire de Nantes de Nantes.

L’histoire migratoire en mouvement : trois vidéos sur l’identité et la citoyenneté européennes à découvrir

Les 29 et 30 juin 2017, Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest), Jochen OLTMER (Université d’Osnabrück) et Zaihia ZEROULOU (Université Lille-1), ont organisé le colloque international :

L’HISTOIRE MIGRATOIRE EN MOUVEMENT :

FRANCE et ALLEMAGNE (XIXe, XXe, XXIe siècles)

Dans le cadre du projet CITER « L’Europe et les frontières de la citoyenneté ».

Nous vous proposons un retour en vidéo et en trois questions sur l’identité et la citoyenneté européennes grâce à l’interview de trois intervenants du colloque :

– Catherine Wihtol de Wenden (CNRS – CERI, Sciences Po Paris) : Existe-t-il une identité européenne ? Si oui, quelles sont les conséquences des migrations forcées sur cette identité ?

– Claire Demesmay (Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik – DGAP, Berlin) : Qu’est ce qui définit la citoyenneté européenne ? Pourquoi celle-ci vient-elle s’ajouter, sans la remplacer, à la citoyenneté nationale ?

– Valentin Desfontaines (Université de Nantes) : Quels sont les droits relatifs à la citoyenneté européenne ?

Pour tout savoir sur le colloque : cliquer ici

« Quelle citoyenneté pour les migrants? Quelle mémoire de l’immigration? » – une émission du projet Citer ce soir sur Euradionantes

Ce soir, à 17h50 retrouvez dans l’émission On n’est pas sorti de l’Europe! sur Euradionantes (101.3 FM) une intervention préparée dans le cadre du projet Citer sur le thème « Quelle citoyenneté pour les migrants? Quelle mémoire de l’immigration? ».

Cette émission est réalisée en lien avec le colloque  « Représentation et mémoire de la migration » qui se tiendra les 24 et 25 mai 2018 au Château des Ducs de Bretagne à Nantes.

Elle sera la première d’une série d’émissions intitulée « EU Citizen ».

Euradio en streaming: http://www.euradionantes.eu/ecoute/

Conférence d’Annie Petit « L’Europe comme programme positiviste » – Compte rendu

La conférence d’Annie PETIT, professeure émérite de philosophie à l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3, sur le thème « L’Europe comme programme positiviste », a eu lieu à la MSH Ange-Guépin à Nantes le 15 mai 2018. La conférence a été organisée par Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, ingénieure CNRS, membre du laboratoire DSC (UMR 6297), associée au CRHIA (Université de Nantes) et co-coordinatrice du projet CITER.

Auguste Comte partageait avec des nombreux auteurs de son époque une ambition européenne, se traduisant par un projet politique et social. C’est sur la spécificité de ce projet comtien que se focalisait cette conférence, le distinguant des auteurs proches, tels Saint-Simon, et le situant dans l’ensemble de la pensée du père du positivisme.

Tout d’abord, la conférencière notait que ce projet, bien que centré sur l’Europe, avait néanmoins une visée universelle. Les frontières de ce que Comte entendait par l’Europe peuvent être vues comme extensibles. L’Europe était, pour Comte, dotée d’un rôle directeur dans le processus souhaité de réorganisation de la société, mais elle était loin d’en être l’unique terrain.

Parmi les nations européennes, Comte voyait la France comme guide de l’Europe. Il s’opposait en cela à l’anglophilie de Saint-Simon, voyant l’Angleterre comme au mieux un brouillon des évolutions sociales accomplies en France, au pire un contre-modèle.

C’est donc en partant de la France que la réorganisation de la société devait, aux yeux de Comte, s’étendre à l’ensemble de l’occident. Cette réorganisation est à comprendre avant tout en termes spirituels. Tout changement réel devait être fondé sur une changement des mentalités, sur la formation d’un esprit européen. L’Europe de Comte devait se faire en premier lieu sur le plan idéologique.

C’est pour ces raisons que Comte attribuait un rôle crucial dans son projet aux savants. S’opposant une fois de plus aux idées de Saint-Simon, il refusait d’accorder une place centrale aux industriels. Cependant, déçu par les savants de son époque peu sensibles à sa philosophie, Comte insista progressivement pour que ces savants eux-mêmes soient régénérés, transformés, avant de pouvoir jouer leur rôle directeur. Il se tourna, en même temps, de plus en plus vers le peuple et les prolétaires comme destinataires privilégiés de sa pensée.

Comte qualifiait de République occidentale le système qu’il entendait bâtir ainsi. Cette République était définie par un refus à la fois des formes rétrogrades et des formes révolutionnaires d’organisation sociale. Elle pouvait s’accommoder d’une dictature bienveillante, mais était conçue comme incompatible avec l’idée d’un empire.

Elle était également posée en opposition aux notions de nation et de nationalisme. Considérant que la nation n’était pas une catégorie pertinente, Comte prônait un patriotisme européen. Qui plus est, il postulait de remplacer le terme « patrie » par « matrie », pour mettre l’accent sur l’éducation spirituelle vers l’unanimité. L’Europe de Comte devait donc être redécoupée en une soixantaine ou soixante-dizaine de républiques plus petites, qui seraient les éléments fondateurs de sa République occidentale unie.

Dans la perspective de la création de cette Europe unie et régénérée, Comte envisageait une série d’institutions : en partant d’une revue et une bibliothèque, en passant par un système d’éducation positiviste, et jusqu’à un calendrier, un système de drapeaux et une monnaie commune.

Les disciples de Comte tentèrent de mettre en place ce projet, tout en en accentuant ou effaçant certains aspects. C’est ainsi que la dimension religieuse de la pensée comtienne se trouva au cœur de ses lectures en Amérique Latine, par exemple. Ces efforts de mise en ouvre se heurtèrent également aux réalités politiques de leur temps, de la colonisation à la montée des nationalismes et la guerre mondiale.

L’Europe de Comte s’avère donc être un programme tout aussi complexe que plein de paradoxes : c’est un système utopique qui se veut fondé sur la science, une République qui refuse la démocratie au profit d’une « sociocratie », un continent uni dans son morcellement, et un projet spirituel néanmoins soucieux des réalités temporelles.

Appel à Communications colloque international « Citoyenneté(s) et démocratie »

6-7 décembre 2018
Faculté de droit, d’économie et de gestion, Université d’Angers

Bien qu’aujourd’hui admise et allant de soi, l’association des termes proposée au sein de ce colloque est pourtant complexe. Elle est le fruit d’une confusion des données, rendues cohérentes dans l’analyse au fil du temps. Aux différences étymologiques et sémantiques initiales, s’ajoutent en effet des différences d’usages politiques qui témoignent des distinctions fondamentales entre ces deux termes. Tandis que la citoyenneté apporte une réflexion sur l’appartenance d’un individu à un groupe, une cité, un Etat ; la démocratie représente un régime politique pensé à travers la souveraineté du peuple. C’est assez dire que la citoyenneté peut en principe s’exprimer au sein de régimes politiques autres que démocratiques : elle n’implique pas nécessairement la démocratie et n’a d’ailleurs été ni assimilée ni pensée à travers elle durant de longs siècles.

Cependant, aussi étrange que soit cette association, les significations aujourd’hui accolées à ces termes et leur omniprésence dans nos sociétés poussent à les penser ensemble sur les plans idéologique, théorique et pratique. Les crises nationales et supranationales actuelles (perte de repère face à la mondialisation et la globalisation financière, crise économique et sociale, crise d’identification des populations, crise des valeurs et des institutions, crise de la représentation et de la représentativité), que cristallise une crise de confiance politique, impliquent de redéfinir le rapport entre citoyenneté et démocratie. Les élites tentent en ce sens de réintroduire diverses formes de citoyenneté et de démocratie afin que ces mots ne restent pas des coquilles vides, en organisant notamment des espaces de citoyenneté et de démocratie participative dont la finalité première est de renforcer l’investissement des citoyens dans la vie publique. De multiples qualificatifs sont attribués à ces termes qui les rendent maintenant presque indissociables : à une citoyenneté participative, responsable, inclusive, active correspond une démocratie participative, représentative, populaire, délibérative, etc. Ces qualificatifs démontrent une interaction croissante entre citoyenneté et démocratie au point qu’on ne les distingue plus très bien dans le langage et l’action politiques. La citoyenneté renforce la démocratie par l’action participative des citoyens. Elle se charge de nouvelles connotations et occurrences en remodelant les conceptions admises sur l’identité collective autant que celles établies sur la souveraineté. La démocratie, quant à elle, charge la citoyenneté d’un contenu social et politique par le biais de l’expression du peuple. Elle réagence le rapport du citoyen à l’objet politique en l’essentialisant dans la prise de décision politique.
Dès lors, la citoyenneté est-elle nécessaire pour définir la démocratie, la légitimer ? La démocratie n’est-elle que l’expression d’une citoyenneté « démocratisée » ? Qu’apportent ces nouvelles formes, ces nouveaux contenus de citoyenneté et de démocratie, ces nouvelles expériences réelles et/ou virtuelles, permettant d’établir des échanges entre les citoyens et les institutions ? Dans un espace politique de plus en plus décloisonné, qui n’est plus simplement circonscrit à l’Etat et à ses frontières, l’intérêt des réponses à ce questionnement prend une forme accentuée en entremêlant de plus en plus les données et problèmes politiques. La citoyenneté devient en effet multiple dans sa réalité et ses figures : « citoyenneté nationale », « citoyenneté régionale », « citoyenneté européenne », mais également « citoyenneté mondiale » sous le prisme des nouvelles technologies, à partir desquelles il est déjà convenu de parler de « citoyenneté numérique » en s’appuyant sur des solidarités de conscience nées des problèmes environnementaux, de sécurité sanitaire ou plus largement des droits de l’Homme. Ces évolutions engendrent-elles la notion de progrès au sein des actions politiques, modifient-elles réellement le rapport à la démocratie ?

L’objectif de ce colloque est de démontrer que ces deux notions comportent une pluralité de sens et de conséquences. Au-delà du simple constat de la crise de la représentation, elles invitent les disciplines à dialoguer en s’interrogeant sur les débouchés souhaités ou espérés d’un renouveau de la démocratie au travers d’une citoyenneté plus active. Se trouvent ainsi sollicitées plusieurs thématiques : celle de la réalité du lien aujourd’hui entretenue entre ces deux notions, celle de la nature exacte du modèle démocratique projeté dans cette refondation du lien entre citoyenneté et démocratie, et celle des modalités envisagées pour le renouveau des mécanismes de participation des citoyens à la vie démocratique.

1. La question du lien entre citoyenneté et démocratie
Seront ici envisagées successivement les origines et fondations du rapport ; l’analyse philosophique, historique et politique des processus de démocratisation et d’apprentissage de la citoyenneté ; les incidences que cela a eu sur l’évolution dans les Etats sortant de l’autoritarisme et du totalitarisme, comme dans les Etats réputés libéraux.

2. Les enjeux politiques et juridiques de la rénovation du rapport entre citoyenneté et démocratie
Sur fond de débat idéologique et politique : entre néo-républicanisme et néo-libéralisme, démocratie représentative et citoyenneté participative, se pose ici la question du modèle démocratique recherché dans ce renouveau du rapport citoyenneté-démocratie.
Subséquemment se pose également la question du dépassement ou pas de l’Etat dans le rapport citoyenneté-démocratie. La citoyenneté nationale semblant être frappée de précarité, est-ce à prétendre que la Nation et l’Etat sont appelés à disparaître ; qu’émerge en conséquence une « identité post-nationale » de nature à renouveler le regard sur les fondements et les valeurs démocratiques ?
Face aux crises identitaires, quelles sont les réponses apportées par l’Europe au repli national ? L’Europe est-elle inclusive ou exclusive ? Les tensions identitaires sont-elles uniquement la conséquence du repli national ou également la conséquence du repli européen ? Quelles sont les interactions avec les crises migratoires, avec le terrorisme et le désir d’identification de certaines populations, au regard d’une conception de plus en plus élargie de la citoyenneté ?

3. Les modalités et le renouveau des mécanismes de participation des citoyens à la vie démocratique
Dans le cadre de cette dernière thématique d’analyse, il s’agira d’identifier les nouvelles manières de porter les causes des citoyens sur la scène politique, en posant la question des formes alternatives à la démocratie représentative. Quel rôle jouent ou joueraient réellement les citoyens, dans ces formes alternatives, en ce qui concerne la réalité de la prise de décision ? Qu’on évoque pour cela la démocratie d’opinion ou démocratie sondagière, le pouvoir médiatique, la démocratie continue, la citoyenneté numérique, les mouvements citoyens formalisés, informels ou spontanés.
Quelle est la portée et quelles sont les limites de cette demande de renouveau du lien entre citoyenneté et démocratie ? En s’interrogeant sur ce dernier point, c’est poser la question de l’effectivité des mutations par rapport au pouvoir décisionnel de l’appareil étatique et par rapport au mécanisme représentatif.

Format de la communication
La langue du colloque sera le français.
La proposition de communication (400 mots, en français) devra être accompagnée d’une présentation biographique et bibliographique de l’auteur (CV).

Envoyez votre proposition de communication conjointement à :
– Félicien Lemaire : felicien.lemaire@univ-angers.fr ;
– Stéphanie Morandeau : stephanie.couderc-morandeau@univ-nantes.fr ;
– Gwénola Sébaux : gwenola.sebaux@wanadoo.fr ;
– Clément Thibault : clement.thibaud@univ-nantes.fr ;
– Hélène Desaivre-Mallard : helene.desaivre-mallard@univ-angers.fr

Avant le 13 juillet 2018
Retour sur les propositions le 17 septembre 2018

Consulter l’appel à communications dans son intégralité

Inscrivez-vous au colloque « Représentation et mémoire de la migration »

Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest Angers), Bettina SEVERIN-BARBOUTIE (Justus-Liebig Universität Gießen), Meryem YOUSSOUFI (Université Ibn Zohr Agadir), Zaihia ZEROULOU (Université Lille 1) et Dirk RUPNOW (Institut für Zeitgeschichte / Universität Innsbruck),  vous invitent à vous inscrire au prochain colloque international du CRHIA, organisé dans le cadre du projet CitƐr (« L’Europe et les frontières de la citoyenneté »), sur le thème :

Représentation et mémoire de la migration

 POUR S’INSCRIRE >> accès au formulaire en cliquant ici

(entrée gratuite sur inscription)

24 et 25 mai 2018 à Nantes

Les migrations sont depuis quelque temps au cœur des débats politiques et sociétaux en Europe, et vont très probablement le rester dans les années à venir. Or dès avant les événements « de crise » (perçus comme tels) de l’année 2015, il était devenu manifeste que les sociétés migratoires européennes, façonnées surtout par ladite « migration de travail » après la Seconde Guerre mondiale, n’avaient pas ou qu’à peine intégré dans leurs « mémoires collectives » la perspective migratoire et les expériences et mémoires des migrant(e)s. Dans les infrastructures de la « mémoire collective » (archives, musées) ou dans les narratifs historiques dominants, migrations et migrant(e)s ne sont ni visibles ni audibles.

Toutefois ces dernières années on observe une nette augmentation des activités de recherche, d’archivage, d’expositions et de muséalisation autour des histoires migratoires respectives. Différents acteurs y apparaissent : les migrants eux-mêmes, la société civile, la communauté scientifique et les responsables politiques. Et naturellement les médias, par leur traitement de la thématique, jouent un rôle central.

En se fondant sur les avancées accomplies par la recherche, les archives et les musées, le colloque se propose d’envisager selon différentes perspectives les conditions, les formes et les effets de la représentation et de la mémoire de la migration. À partir d’analyses de l’histoire et du présent il s’agit d’étudier selon quels modèles, traditions et perspectives les différents pays négocient la migration et l’intégration, et quelles discussions nationales suscitent la mise en visibilité des histoires migratoires ainsi que les défis spécifiques qui y sont corrélés.

Une traduction simultanée des débats du colloque sera assurée.

Consulter le programme

Pour aller plus loin :

Lieu : Château des ducs de Bretagne – Musée d’histoire de Nantes – 4, place Marc Elder – 44000 NANTES

Contact : remig@sciencesconf.org

 

Appel à communications « Muslim minorities and the refugee crisis in Europe. Narratives and policy responses »

Dans le cadre du projet européen « Muslim minorities and the refugee crisis in Europe », le Département de Sciences Politiques de la School of Economics de Varsorvie et l’unité de recherche « Middle East and Central Asia » lancent un appel à communications pour un colloque international organisé à Varsovie les 8 et 9 novembre 2018 sur le thème :

Muslim minorities and the refugee crisis in Europe. Narratives and policy responses

The recent refugee crisis started by the ongoing war in Syria caught Europeans by surprise.The wave of refugees (and later migrants from other regions) who came to the EU posed a huge logistic, social and political challenge both for individual member states and the EU. While protecting those who flee war is among the core of European values, tr anslating these values into practical political response is proving to be very hard. The situation is further exacerbated by the longevity of the conflict: hardly anyone expected Bashar al Asad, or the self proclaimed caliphate of ISIS to last so long…

Date limite pour les propositions de communications : 30 juin 2018

 

Conférence d’Annie PETIT : « Le projet européen positiviste »

Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, ingénieure CNRS, membre du laboratoire DSC (UMR 6297), associée au CRHIA (Université de Nantes) et co-coordinatrice du projet CITER, vous invite à assister à la conférence d’Annie PETIT, Professeure émérite de philosophie à l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3, le 15 mai 2018 de 14h  à 16h sur le thème :

Le projet européen positiviste

Présentation :

Au 19e siècle, dans une Europe bouleversée par les révolutions, les projets de réorganisation sont nombreux. Auguste Comte, fondateur du positivisme partage ce souci.

Une confrontation de ses idées avec celles de Saint-Simon, dont il fut un temps très proche collaborateur, permet de préciser quelques originalités. Plutôt que sur les liens industriels, il compte sur « la force européenne des savants » ; il dénonce aussi le « modèle anglais ». Il précise ensuite ses projets de regénération européenne sous forme de « République occidentale » en s’appuyant largement sur l’histoire. Puis il insiste sur une union recherchée d’abord par des idées et sentiments partagés sur la conviction d’une appartenance à l’Humanité : il programme alors des institutions : nouveau Calendrier, liste de lectures, etc., pour soutenir une nouvelle religion définie par re-lier.

L’engagement européen des disciples de Comte est plus ou moins appuyé, en partie lié à l’acceptation de la religion, que contestent les dissidents regroupés autour de Littré, alors que les orthodoxes regroupés autour de Laffitte s’appliquent à poursuivre cette politique, et des disciples ouvriers y travaillent ardemment par le syndicalisme international. Les circonstances politiques influent aussi : la guerre de 1870 conduit orthodoxes et dissidents à allonger les délais pour l’Europe positive. Plus tard les disciples, groupés à partir de 1906 en Société positiviste internationale, reprennent la question avec l’expérience des deux grands conflits mondiaux et les discussions sur la Société des nations.

Lieu : Université de Nantes – MSH Ange-Guépin – Salle de conférences – 5, allée Jacques Berque – 44000 NANTES

Partenaires :

Contact : citer@univ-nantes.fr 

Publications récentes des chercheurs du projet CITER

Ouvrages

  • SEBAUX, Gwénola, (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècles), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017 (234 p.)

  • THIBAUD, Clément, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières républiques du monde hispanique (Colombie et Venezuela 1780-1820), Les Perséides, Mordelles, 2017, (545 p.)

Articles de revues

  • LEMAIRE Félicien, 2017, « Le projet de loi antisexiste d’Yvette Roudy ou de la difficulté à saisir le sexisme par le droit ». Droits, Revue française de théorie, de philosophie et de cultures juridiques. 2017. n°61, 2015 p. 143-170

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Le bonheur est un droit que l’on doit revendiquer! ». In : Culture Sciences. 11 octobre 2016. Nantes : Région Pays de la Loire, 2016. 

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Pourra-t-on un jour revendiquer le « droit au bonheur » devant les tribunaux ? ». In : Angers Mag. 8 décembre 2016. Angers, 2016. 

  • SEBAUX, Gwénola, « La politique migratoire du 3e gouvernement Merkel en temps de crise », Allemagne d’aujourd’hui N° 222, oct-déc. 2017, p. 55-74.

  • SEBAUX, Gwénola, « Nationalité et citoyenneté : L’Allemagne post-migratoire au défi », Allemagne d’aujourd’hui N° 218, oct-déc. 2016, p. 209-224.

  • SEBAUX, Gwénola, « Pegida: émergence, sens et influence d’un mouvement identitaire (trans)national dans l’espace public allemand », Revue d’Allemagne N°48 (2), juil.-déc. 2016, p. 187-199.

  • SEBAUX, Gwénola, „Die Deutschen in Paris – eine Hassliebe“ in Claire Demesmay, Christine Pütz, Hans Stark (éd.), Frankreich und Deutschland – Bilder, Stereotype, Spiegelungen. Wahrnehmung des Nachbarn in Zeiten der Krise. DGAP-Schriften zur Internationalen Politik, Berlin, Nomos Verlag, 2016, p. 131-146.

  • THIBAUD, Clément, « La crisis imperial como una experiencia compleja, 1808-1825 », Ayer, n°108, 2017, p. 307-337, avec Marcela Echeverri, Marta Lorente, Rodrigo Moreno, José María Portillo Valdés.

  • THIBAUD, Clément, « Les Indépendances dans l’espace atlantique, v. 1763-v. 1829 », Annales Historiques de la Révolution française, n° 1, 2016, avec Marc Belissa, Manuel Covo, Jack Rakove, p. 167-198.

Articles dans des ouvrages collectifs

  • LEMAIRE Félicien, 2016,« Propos introductifs ». In : La beauté : aspects juridiques et politiques. 09/04/2015, Angers. Presses universitaires juridiques de Poitiers, LGDJ-Lextenso éditions, p. 15-19. ISBN : 979-10-90426-50-4.

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Existe-t-il un peuple dans la République ? ». In : L’unité de la République et la diversité culturelle. 31/10/2014, Saint-Denis de La Réunion. PUAM, p. 13-23. ISBN : 9782731410082.

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Sur la distinction entre le bonheur et le bien-être dans les constitutions ». In : Première rencontre d’Angers BonDroit – Doctrine et réalité(s) du bonheur . 8-9/12/2016, Angers. Mare et Martin, Doctrine et réalité(s) du bonheur, 2016. ISBN : 978-2849343371.

  • SEBAUX, Gwénola, « L’Allemagne peut-elle (doit-elle, veut-elle) assumer un leadership européen en matière migratoire ? » in Beyza Ç. TEKİN & Didem DANIŞ (Dir.), Visions croisées autour des frontières européennes : mobilité, sécurité et frontières, Editions de l’Université Galatasaray, Istanbul, 2017, p. 61-74

  • SEBAUX, Gwénola, « Reconstructions identitaires par-delà les frontières : le cas des Allemands du Banat » in Gwénola Sebaux (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècle), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017, p. 83-93

  • SEBAUX, Gwénola, « Introduction » in Gwénola Sebaux (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècle), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017, p. 11-19

  • SEBAUX, Gwénola, “The Banat Germans in the early 21st Century. Which Heritage? Which Memory? Which Identity ? » in Vasile Docea (éd.), Paths to Belonging. Constructing local Identity in Banat by Means of cultural Heritage and Historiography, Nomos Verlag, Baden-Baden 2016, p. 122-145.

  • SEBAUX, Gwénola, « Destinées russe-allemandes: Exode et déportation des Allemands de Russie » in Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Fuite et expulsion des Allemands. Transnationalité et représentations 19e-21e siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2016, p. 79-88.

  • SEBAUX, Gwénola, « Les Allemands du Banat, Fuite, émigration, éclatement d’une collectivité historique » in Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Fuite et expulsion des Allemands. Transnationalité et représentations 19e-21e siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2016, p. 315-324.

  • THIBAUD, Clément, « Republicanism », in Trevor Burnard (dir.), Oxford Bibliographies in Atlantic History, New York, Oxford University Press, 2016.

  • THIBAUD, Clément, « 1983 : Benedict Anderson dévoile le fondement fictionnel des nations », in Cyril Lemieux (dir.), Pour les sciences sociales. 101 livres, Paris, Editions de l’EHESS, 2017, p. 101-105.

  • THIBAUD, Clément, « Idées et pratiques révolutionnaires », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 123-136.

  • THIBAUD, Clément, « Naissance de la Colombie », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 242-245.

Participation au colloque international « Migrations familiales et usages du droit »

Le colloque international « Migrations familiales et usages du droit » organisé à l’Université Aix-Marseille a eu lieu les 22 et 23 février 2018. Il était consacré aux manières multiples dont les acteurs – migrants comme responsables des pays d’accueil – se saisissent du droit, le redéfinissent et construisent des vies dans les cadres légaux existants. L’accent était mis sur la complexité et la pluralité du droit concernant les migrations et la famille. Dans une approche interdisciplinaire, les interventions alliaient différents champs d’étude, du droit à la sociologie, en passant par la science politique et anthropologie. La grande variété des recherches présentées permettait d’examiner les intersections entre droit de la famille et droit des étrangers à différentes échelles et dans différents pays. Les interventions avaient pour point commun d’aborder le droit dans et par ses pratiques. Cette approche a permis de mettre en évidence plusieurs thèmes centraux dans l’ensemble des cas présentés.

Premièrement, un sujet central du colloque était le lien établi, par le droit et par les pratiques du droit, entre la définition de ce qui constitue une famille et l’accès au séjour et à la citoyenneté. L’importance donné aux différentes formes de lien familial et différents critères de ce qui constitue une famille (filiation biologique, reconnaissance, autorité parentale, etc.) entretient des liens avec la manière dont on comprend l’essence même de la citoyenneté. La question de la famille et des migrations familiales invite à s’interroger sur la nature de l’appartenance à une communauté politique ou nationale : Qui naît citoyen et qui peut le devenir ? Comment se transmet la citoyenneté et les droits qui y sont attachés ?

Deuxièmement, les intervenant.e.s soulignaient que le droit est souvent en décalage par rapport aux réalités, qu’il s’agisse des pratiques culturelles, du vécu de la migration, ou de l’évolution des pratiques dans les pays d’accueil. De plus, les définitions et critères appliqués aux familles migrantes ne sont pas forcément les mêmes que les ceux appliqués au sein des sociétés d’accueil.

Troisièmement, un constat commun à une grande partie des interventions du colloque était celui d’une biologisation et génétisation croissante du lien familial et de la filiation. Cela peut avoir des conséquences au delà de la question de l’immigration. Ce qui se trouve ainsi modifié, c’est la manière dont on détermine l’appartenance à une nation et dont on transmet une citoyenneté. Cette évolution a un impact sur la manière même dont le fait d’être citoyen.ne est conçu dans les sociétés d’accueil.

Quatrièmement, on voyait aussi apparaître dans l’ensemble des communications l’idée d’une pluralité des conceptions de la famille et de l’appartenance, qui coexistent, mais qui peuvent aussi entrer en conflit. L’accent était mis ainsi sur la dimension fondamentalement culturelle du droit. Nombre d’intervenant.e.s notaient qu’il existe dans les pays d’accueil une tendance à délégitimer les conceptions propres aux pays d’origine. Cela s’applique également à la vision de la citoyenneté qu’on met en œuvre : bien qu’une grande diversité de principes et des logiques existe en pratique en cette matière, certaines d’entre elles trouvent plus de légitimité que d’autres auprès des institutions des pays d’accueil. De plus, les définitions de la citoyenneté qui sous-tendent le travail de ces institutions ne sont elles-mêmes pas sans tensions et contradictions internes.

Dans ce contexte, Kaja Skowronska, post-doctorante dans le projet CITER, a présenté une communication sur le thème « Familles légitimes et sentiments sincères : émotion et pouvoir discrétionnaire dans un bureau d’immigration polonais ». Le travail en question se basait sur une enquête menée dans une agence administrative chargée de l’accueil des étranger.e.s en Pologne. Son objet central était le lien entre les émotions présentes dans ce cadre, la question de l’appartenance et les formes subtiles de pouvoir discrétionnaire qui peuvent se manifester dans les pratiques quotidiennes des agent.e.s. Le but était d’examiner la manière dont l’émotion entre en jeu dans la relation administrative, que ce soit sous la forme de l’empathie ressentie à l’égard d’un.e migrant.e, de la capacité à comprendre sa position, ou bien de la légitimé accordée à ses sentiments. Puisant d’une part dans la littérature relative aux guichets de l’immigration, et d’autre part dans la sociologie des émotions, il était postulé dans cette présentation qu’il est possible d’examiner le traitement des émotions dans les services d’immigration pour accéder à une compréhension des discours et définitions sous-jacents concernant le famille, l’appartenance à la nation, ou la citoyenneté. La communication mettait notamment en exergue le lien qui peut être établi entre les frontières de la communauté nationale et les frontières de l’empathie. En effet, derrière la définition d’une personne digne d’empathie on discerne un imaginaire concernant ce qui constitue une vraie famille, mais aussi ce qui délimite la communauté nationale. Si l’expérience des liens familiaux, partagée par les agent.e.s et les migrant.e.s, peut occasionnellement permettre d’étendre le champ de l’empathie et de dépasser les limites de la nationalité, cela n’est possible que dans la mesure où la division entre nous et les Autres n’est pas réellement mise en cause.

Le programme complet du colloque est disponible sur son site.

Programme de diffusion des capsules « Europe in a soundbite » sur Euradionantes

Au mois de mars, le LIPE, « L’Europe du laboratoire à la classe », propose de nouvelles ressources pédagogiques sous la forme de capsules audio « Europe in a soundbite », réalisées à partir des notices des chercheurs de l’encyclopédie EHNE en partenariat avec Euradionantes.

  • lundi 05/03/ 2018 : « La conférence de la paix de 1919« , capsule réalisée par Pierre COUHAUT à partir de la notice EHNE de Vincent LANIOL
  • lundi 12/03/2018 : « Femmes de Sciences« , capsule réalisée par Anne JUSSEAUME à partir de la notice EHNE de Louis-Pascal JACQUEMOND
  • lundi 19/03/2018 : « L’imprimerie à la Renaissance« , capsule réalisée par Pierre COUHAUT à partir de la notice EHNE de Catherine KIKUCHI

Ces capsules sont diffusées tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes 101.3 fm puis disponibles en podcasts sur le site du LIPE http://www.lipe-europe.eu/type-support/capsules-audio/

Colloque « Judaïsmes européens (1770 – 1930). Laboratoires des identités partagées »

En partenariat avec l’IPRA et TEMOS (FRE 2015), V. VILMAIN, MCF en histoire contemporaine à Le Mans Université, organise, un colloque les 5 et 6 mars 2018 au Mans sur le thème :

Judaïsmes européens (1770 – 1930)

Laboratoires des identités partagées

Présentation :

A travers une relecture de l’histoire des appartenances du judaïsme européen à l’époque contemporaine, l’objectif du colloque sera d’étudier les dynamiques à l’œuvre entre citoyenneté et cosmopolitisme ou entre particulier et universel. En effet, tout au long de la période les communautés juives européennes s’efforcent de concilier des identités souvent considérées comme contraires, en particulier dans les milieux ultranationalistes et antisémites. A l’ère de l’émancipation et de l’assimilation, de nombreux Juifs en France, en Allemagne ou ailleurs, font preuve du plus grand patriotisme aussi bien sur plan politique que culturel. Pourtant, certains choisissent aussi parallèlement des engagements cosmopolites de diverses natures jugés plus ou mois conciliables avec les identités nationales (anarchisme, socialisme, européisme…). Enfin, ces différents mouvements peuvent encore s’accompagner de la reconstruction d’une identité juive transcendant les frontières, conduisant parfois jusqu’au sionisme sans que ce dernier ne soit toujours conçu – à l’origine du moins – comme une mise à l’écart de l’Europe. Ainsi, le judaïsme européen apparaît comme un laboratoire des identités composites et partagées.

Consulter le programme : cliquer ici

Partenaires :

 

 

Carnet de recherche du projet interdisciplinaire CITER interrogeant les processus de participation de la citoyenneté européenne