Participation à la conférence annuelle de l’UACES à Bath

Lors de la la 48ème conférence annuelle de l’University Association for Contemporary European Studies, qui s’est tenue du 3 au 5 septembre à Bath,  Kaja SKOWRONSKA, docteure en sociologie et science politique et post-doctorante dans le projet CITER a présenté un article coécrit avec Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, ingénieure CNRS, membre du laboratoire DSC (UMR 6297), associée au CRHIA (Université de Nantes) et co-coordinatrice du projet CITER.

Cette présentation, intitulée

« Rejecting or reflecting Europe? Exploring the philosophical underpinnings of Poland’s anti-immigration turn. »

faisait partie du panel « (Dis)Uniting Europe? The EU Member States & Migration Policy ». Celui-ci portait sur les réactions de l’Union Européenne et de ses États membres à ce que l’on décrit comme une « crise migratoire ». La session était modérée par Bronwyn WINTER, professeure associée à l’Université de Sydney.

La communication de Gulay ICOZ de l’University of London portait sur le niveau européen et présentait le sous-bassement théorique d’une enquête en cours. Celle-ci, consistant en une série d’entretiens avec des députés européens, a pour but d’éclairer les présupposés et les résultats de la réponse européenne aux arrivées récentes des réfugiés du Moyen-Orient.

Les deux communication restantes se focalisaient sur le cas polonais, particulièrement intéressant dans ce contexte étant donné le refus catégorique du gouvernement polonais de participer au programme européen de relocalisation des demandeurs d’asile d’une part, et la très récente politisation de la question migratoire dans ce pays d’autre part.

La communication préparée par les membres de l’équipe CITER se donnait pour objectif de joindre une analyse sociologique des politiques migratoires à une réflexion philosophique pour explorer les fondements conceptuels des approches actuelles de l’immigration en Pologne. Elle prenait donc comme point de départ l’essor d’un discours anti-immigrant en Pologne. Ce discours était mis en perspective avec l’évolution réelle des politiques migratoires, mais surtout avec les conceptions historiquement construites de citoyenneté qui informent les débats actuels.

La communication de Karolina FOLLIS de l’Université de Lancaster complétait la réflexion sur les approches polonaises de l’immigration en analysant un aspect particulier. Au cours des trois dernières années, les autorités polonaises ont insisté que l’accueil des réfugiés du Moyen-Orient devrait faire place à une politique d’aide humanitaire dans les pays d’origine et de transit. La présentation de Karolina Follis se focalisait sur la mise en place de cette aide et en particulier sur la position des organisations non-gouvernementales vis-à-vis de cette politique.

Ainsi, l’ensemble des présentations de cette session permettait d’aborder différentes échelles et différentes dimensions de la réponse à ce qu’on perçoit comme une « crise migratoire » : du niveau européen au niveau national et local ; des politiques étatiques, aux institutions supranationales, en passant par les acteurs non-gouvernementaux. Les discussions qui ont suivi ont été une occasion de réfléchir sur les significations plurielles, mais interconnectées que peuvent prendre la citoyenneté et l’appartenance dans ces contextes.

La conférence a donc également permis la prise de contact entre un ensemble de chercheur.e.s travaillant sur les questions de citoyenneté, de politiques migratoires et d’inclusion locale des immigrants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.