Archives de catégorie : Évènements

Colloque final “Les frontières de la citoyenneté européenne”

18 au 20 septembre 2019, MSH Ange Guépin, Nantes

Un colloque final du projet Citer se tiendra du 18 au 20 septembre 2019 à la MSH Ange Guépin de Nantes.

Il est organisé par Claude-Olivier Doron (Université Paris-Diderot), Federica Morelli (Université de Turin) et Clément Thibaud (EHESS-Mondes Américains) et coordonné par Alliance Europa – Institut d’études européennes et internationales.

Il s’organisera autour de deux axes, avec une première partie en français et une deuxième partie en anglais:

1/ Question raciale et question coloniale dans les courants progressistes du premier XIXe siècle (18 et 19 septembre 2019)

Ce colloque part d’un double constat que l’historiographie a contribué récemment à mettre en avant. D’une part, l’importance jouée par divers groupes progressistes ou réformateurs, critiques des hiérarchies et des statuts fixes de l’Ancien régime, soucieux de promouvoir une société fondée sur les capacités naturelles, l’industrie ou le mérite, dans la problématisation de la question des races humaines dans le premier XIXe siècle. Qu’il s’agisse de libéraux, de républicains ou de personnes inspirées par les mouvements d’organisation sociale, saint-simoniens ou socialistes, tous ont joué un rôle considérable dans la mobilisation de la question raciale en politique et en économie. Ce rôle, complexe, mérite d’être étudié et pris au sérieux, en analysant les tensions ou les rapports qui existent entre la promotion d’une société orientée vers l’égalité des droits, voire vers l’égalité sociale, et les réflexions portant sur les inégalités naturelles entre races; entre des doctrines résolument critiques de l’esclavage, promouvant soit le libéralisme économique, soit des modes d’organisation du travail, et la prise en compte des capacités ou des aptitudes raciales distinctes. L’objectif premier de cette journée consistera donc à faire le point sur ces enjeux, dans une perspective transatlantique, à travers tant un examen des doctrines que des pratiques ou des projets politiques elles ont peu donner lieu.

D’autre part, l’historiographie récente a contribué à mettre en avant le rôle joué par ces mêmes groupes, depuis la fin du XVIIIe siècle, pour repenser le système colonial et promouvoir des formes de colonisations nouvelles, fondées sur la mise en valeur des territoires, l’ouverture de nouveaux débouchés, la mise en activité des capitaux, des terres et des hommes, et des rapports de travail non-esclavagistes. On peut songer tant aux projets de colonisation de l’Afrique portés par la seconde Société des Amis des Noirs qu’aux diverses utopies d’inspiration fouriéristes ou saint-simoniennes en Amérique du Sud ou en Afrique du Nord, ou encore aux nombreuses réflexions socialistes ou républicaines visant à orienter la nouvelle colonisation de l’Algérie dans les années 1830-1840. Il s’agira donc de réfléchir à la manière dont ces projets s’inscrivent dans les réflexions économiques et politiques plus larges de ces différents courants et, le cas échéant, comment la question raciale proprement dite s’y articule.

2/ Citizenship and residence in colonial and postcolonial contexts (20 septembre 2019)

In social theory, citizenship is located exclusively within the site of the state and the historicity of the concept of citizenship is closely aligned to the historicity of the concept of the nation-state. This implies, on the one hand, a break from earlier periods when “belonging” was located most often within the doctrine of allegiance, or in other words, the concept of subjecthood; on the other hand, focusing excessively on its normative aspects, it disregards the social dimension of citizenship. Actually, citizenship cannot be reduced to a direct relationship of an individual to the state, unmediated by another affiliation. From its start to the present, citizenship has always had a cultural content: there has always been a question of what sort of people were “in”, and what sort “out”. Yet, the idea of the relationship of an individual to the state, unmediated by another affiliation, has always been a form of claim-making, not an essence of citizenship, and debates about the relationship of citizenship to other forms of social affinity are long-standing and on-going within communities of citizens. We seek to bring together an interdisciplinary group of scholars working across the fields of colonial history, legal history, and citizenships studies to explore the construction of citizenship in colonial and postcolonial contexts. We consider that the colonial/imperial perspective can contribute to decouple citizenship from nationhood and envisage membership and allegiances invested in collectivities and organizational forms smaller than or transversal to the states, such as cities or ethnic groups, or larger and superordinate to the state. Historiography on early modern and modern empires has demonstrated that these multi-community political formations created segmented categories of belonging that gave differential access to rights, echoing and reinforcing the inequality between its different constituent units. Through the analysis of various experiences, from the 16th to the 20th century, the workshop aims to examine the status of the people living in colonial and post-colonial contexts in order to rescue the heterogeneity of citizenship regimes.

Compte rendu du colloque « Frontières de la citoyenneté : Enjeux de l’accueil des primo-arrivants »

Le Colloque international « Frontières de la citoyenneté : Enjeux de l’accueil des primo-arrivants » s’est tenu à Agadir le 27, 28 et 29 mars 2019.

Il était co-organisé par le projet CITER et le Laboratoire Valeurs, Sociétés et Développement (Équipe Espace, Société et Réseaux) de la Faculté des Lettres et des Sciences Sociales de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, avec le partenariat de l’Université de Nantes, du CRHIA, de l’Université Catholique de l’Ouest et d’Alliance Europa.

Il a été inauguré par Omar HALLI, Président de l’Université Ibn Zohr, Ahmed BELKADI, Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d’Agadir, Université Ibn Zohr, Félicien LEMAIRE, Co-responsable du projet CITƐR, Lhassan BENABBOU, Directeur du Laboratoire Valeurs, Société et Développement (LVSD) et Meryem YOUSSOUFI, Co-coordinatrice du colloque, avec la modération de Abdelkader MOHAINE (Responsable de l’Équipe de Recherche Espace, Sociétés et Réseaux (ESSOR), FLSH-Université Ibn Zohr).

Cette séance inaugurale à été suivie par la keyonote de Mohamed CHAREF (FLSH – Université Ibn Zohr) intitulée « Réflexions sur les migrations africaines: entre rejet, distance, proximité et engagement ». Tout en mettant en évidence les inégalités dont s’accompagne la mondialisation, cette intervention a établit un lien entre l’idée de citoyenneté et la citadinité, explorant le place des villes dans les processus migratoires, avant de réfléchir sur les mesures prises au Maroc qui pourraient favoriser l’inclusion des migrant∙e∙s et sur l’ambiguïté des termes employés pour parler de cette inclusion.

Cette matinée a été suivie d’une session consacrée au cadre conceptuel en modérée par Elkbir ATOUF (FLSH – Université Ibn Zohr). Il s’agissait de réfléchir sur la généalogie et les implications des concepts utilisés pour parler des migrations et sur les différents processus de catégorisation qui sont à l’œuvre en cette matière. Dans cette perspective, l’intervention de Stéphanie MORANDEAU (Université de Nantes) et de Zaihia ZEROULOU (Université de Lille) offrait un regard à la fois sociologique et philosophique sur les questions de sélection, du classement et de hiérarchisation des migrantes, en les mettant en lien avec la notion d’intégration. Mohamed NOUHI (ENSA- Université Ibn Zohr) a proposé une manière originale de conceptualiser la citoyenneté en insistant sur sa dimension culturelle et en explorant la possibilité d’une citoyenneté trans-culturelle. La communication de Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest, Angers) a proposé de questionner « l’envers des mots » en retraçant la sémantique migratoire allemande, de l’accueil des Aussiedler au tournant des années 1980 jusqu’aux politiques migratoires de nos jours. Kaja SKOWRONSKA (Université de Nantes) a réfléchi à son tour sur les affrontements idéologiques récents autour du vocabulaire utilisé pour parler de l’immigration en Pologne et sur la place des notions de similitude et des différence dans ces débats.

La session suivante, modérée par Félicien LEMAIRE (Université d’Angers), était consacrée aux structures d’accueil des primo-arrivants et en particulier à la protection des femmes migrantes contre la violence en Allemagne. Ursula FASSELT (Frankfurt University of Applied Sciences) a montré ainsi qu’alors même que des dispositifs légaux comme institutionnels existent pour protéger les femmes contre les violences, en pratique ils excluent en général les femmes migrantes précaires. La catégorisation dont elles font objet peut ainsi avoir des conséquence importantes sur la protection à laquelle elles sont en mesure d’accéder.

La journée du 28 mars a commencé par une session, modérée par Meryem YOUSSOUFI (FLSH- Université Ibn Zohr), qui poursuivait la réflexion sur les structures d’accueil en examinant deux cas concrets. Ainsi, Amandine VAN NESTE (Resic Université Libre de Bruxelles) a examiné les centres d’accueil pour demandeurs d’asile en Belgique et en particulier les informations et discours adressés aux personnes accueillies au moment de leur admission dans le centre. Alors qu’il s’agit d’une procédure ritualisée, elle a constaté l’existence des pratiques différenciées ainsi que des résistances aux injonctions institutionnelles et politiques de la part des travailleursses des centres. L’intervention d’Audran AULANIER (EHESS-CEMS) se focalisait quant à elle sur l’étude de cas d’un centre d’accueil à Mannheim. Il a montré la vie quotidienne éprouvante au sein de cette institution et mis en exergue la manière dont ces conditions de vie tendent à infantiliser les migrantes, à limiter leur autonomie et à les figer dans un état permanent d’entre-deux.

Les questions d’intégration, présentes en filigrane dans nombre des interventions précédentes, étaient au cœur de la session suivante, intitulée « Intégration, ‘Vivre-ensemble’, Tolérance et Citoyenneté » et modérée par Habiba HAFSAOUI (FLSH – Université Ibn Zohr). Dans ce contexte, la communication de Samuel DELÉPINE et Estelle d‘HALLUIN (Université d’Angers) concernait les collectifs locaux d’accueil des migrantes et interrogeait le rapport des ces citoyennes engagées aux catégories juridiques qui déterminent le statut des personnes accueillies. Fanny CHRISTOU (Center for Middle Eastern Studies, Lund Sweden) a réfléchi également sur les mobilisations et leur lien avec la citoyenneté, en explorant les différentes formes d’engagement politique des Palestiniennes en Suède et en Allemagne et en s’interrogeant sur la possibilité d’une citoyenneté migrante, prenant forme à travers des actes de vie quotidienne. Fatima MOUSSAOUI (Université Oran 2) a analysé, quant à elle, les différentes dimensions de la présence des migrantes subsahariennes dans la ville d’Oran et les réactions qu’elle entraîne au sein de la population locale.

La dernière session de ce colloque était consacrée aux politiques publiques et locales d’accueil et d’intégration. Elle était modérée par Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest, Angers). La communication d’Emma FIEDLER (Université d’Aix-Marseille) portait sur les politiques de naturalisation en Allemagne. Son analyse des cours d’intégration pour les candidates à la naturalisation a révélé les implications complexes de ce processus, entre injonction à l’assimilation et réduction à l’altérité. Bettina SEVERIN-BARBOUTIE (Université de Giessen) a restitué dans sa communication la dimension historique des politiques d’accueil, en se concentrant sur le traitement des primo-arrivants à Stuttgart dans les années 1960. A travers l’étude d’une tentative de création d’un parlement des émigrés elle a montré, au-delà de l’histoire d’un échec, la possibilité d’un imaginaire européen altératif. La communication de Florence IHADDADENE (Université de Paris Nanterre) et d’Émilie LOPEZ (Université d’Aix-Marseille) portait sur la participation des jeunes demandeurs d’asile au service civique et a mis en lumière une forme de mise au travail citoyen par la promesse de la nationalisation. Morgan LANS (Centre Emile Durkheim Université de Bordeaux) a proposé une perspective transnationale en comparant les politiques d’intégration en Espagne, en France et au Danemark. En détaillant les convergences et les différences entre ces modèles nationaux, il a montré la nécessité de les mettre en rapport avec les modèles d’État providence, les logiques de décentralisation du pays, ou encore les organisations de société civile en présence. Finalement, l’intervention d’Ibrahima Alassane BA (Université Mohamed V de Rabat) a apporté un regard économique et a examiné l’impact potentiel de l’Adhésion du Maroc à la CEDEAO sur les migrations.

Dans l’ensemble des communications de ce colloque on voit apparaître un lien fort entre d’une part les politiques et les institutions qui encadrent l’accueil des migrant∙e∙s et d’autre part les processus de catégorisation dont ils et elles font objet. Les manières de nommer influencent les manières d’agir et c’est souvent les statut qu’on accorde aux primo-arrivants qui détermine les possibilités de leur inclusion, comme leur participation sociale et politique.

Programme du Colloque international “FRONTIÈRES DE LA CITOYENNETÉ : ENJEUX DE L’ACCUEIL DES PRIMO-ARRIVANTS”

Agadir

27 au 29 mars 2019

(Téléchargez le programme ici.)

Mercredi 27 mars

09:00: Accueil et inscription

9:30-12:00: Séance inaugurale

Modération: Abdelkader MOHAINE (Responsable de l’Équipe de Recherche Espace, Sociétés et Réseaux (ESSOR), FLSH-Université Ibn Zohr)

9:30 – 10:15: Allocutions

  • Omar HALLI, Président de l’Université Ibn Zohr
  • Ahmed BELKADI, Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines d’Agadir, Université Ibn Zohr
  • Félicien LEMAIRE, Co-responsable du projet CITƐR
  • Lhassan BENABBOU, Directeur du Laboratoire Valeurs, Société et Développement (LVSD)
  • Meryem YOUSSOUFI, Co-coordinatrice du colloque

10:15: Cocktail de bienvenue (15’)

10:30 – 12:00: Keynote

Mohamed CHAREF (FLSH – Université Ibn Zohr)

Réflexions sur les migrations africaines: entre rejet, distance, proximité et engagement

12:00 : Déjeuner

14:30 – 16:30 : Session I – Cadre conceptuel

Modération : Elkbir ATOUF (FLSH – Université Ibn Zohr)

Stéphanie MORANDEAU (Université de Nantes) & Zaihia ZEROULOU (Université de Lille)

Les enjeux de la catégorisation : l’exemple des politiques migratoires en Europe

Mohamed NOUHI (ENSA- Université Ibn Zohr)

Belonging in the Beyond: Towards a Trans-Cultural Citizenship Frame

Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest, Angers)

Frontières de la citoyenneté : la sémantique migratoire allemande, ou « l’envers des mots »

Kaja SKOWRONSKA (Université Bretagne Loire)

Autres proches et lointains, migrants légitimes et illégitimes : Catégorisations des migrants et des réfugiés récents dans le discours public polonais depuis 2015

16:30 : Pause (15’)

16:45 – 18:15 : Session II (1) : Structures d’accueil des primo-arrivants

Modération : Félicien LEMAIRE (Université d’Angers)

Hamid HANAOUI (Université de Rennes II)

De la logique statistique à l’éthique du un-par-un : L’accueil citoyen et ses enjeux

Mohamed AIT ABDELKADER (Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou )

Vieillissement et mobilités géographiques

Ursula FASSELT (Frankfurt University of Applied Sciences)

Femmes migrantes et protection contre la violence en Allemagne

20:00 : Dîner de gala

Jeudi 28 mars 2019

9:00 – 10:00 : Session II (2) : Structures d’accueil des primo-arrivants

Modération: Meryem YOUSSOUFI (FLSH- Université Ibn Zohr)

Amandine VAN NESTE (Resic ULB)

Les cérémonies d’admission dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile en Belgique

Audran AULANIER (EHESS-CEMS)

Vivre dans un centre d’accueil (Erstaufnahmestelle) – Le cas de Mannheim

10:00: Pause (15’)

10:15 – 12:15 : Session III: Intégration, « Vivre-ensemble », Tolérance et Citoyenneté

Modération : Habiba HAFSAOUI (FLSH – Université Ibn Zohr)

Samuel DELÉPINE, Estelle d’Halluin (Université d’Angers)

L’accueil des primo-arrivants par des associations et collectifs locaux en France : enjeux et formes de l’engagement citoyen 

Mohamed AIT KHANDOUCH (Université d’Angers et Université Mohammed V- Rabat)

Nouveaux migrants marocains originaire de Tinghir en France. Aspects d’intégration et pratique citoyenne

Fanny CHRISTOU (Center for Middle Eastern Studies, Lund Sweden)

Pour une nouvelle approche des formes d’intégration et de citoyenneté : la mobilisation plurielle des Palestiniens en Suède et en Allemagne

Fatima MOUSSAOUI (Université Oran 2)

Subsahariens en Algérie

12:15 : Déjeuner

14:30 – 17:30 : Session IV : Politiques publiques et locales d’accueil et d’intégration

Modération : Gwénola SEBAUX (Université d’Angers)

Emma FIEDLER (Université d’Aix-Marseille)

Étrangers, encore un effort si vous voulez être européens ! Analyse socio-anthropologique d’une recomposition des frontières intra- et extra- communautaires 

Bettina SEVERIN-BARBOUTIE (Université de Giessen)

« Grassroot Europeanization ». The Unione Emigrati in Germani (UEG) and its Efforts to make Stuttgart a Capital of Europe (1960s)

Florence IHADDADENE (Université de Paris Nanterre) & Émilie LOPEZ (Université d’Aix-Marseille)

Mobiliser la citoyenneté pour réfugier les statuts : comment le service civique contribue-t-il à l’accueil des primo-arrivants ?

16h00 : Pause (15’)

Morgan LANS (Centre Emile Durkheim Université de Bordeaux)

Convergence et divergence des politiques d’intégration en Espagne, en France et au Danemark.

Les limites d’une analyse de l’« État ».

Ibrahima Alassane BA (Université Mohamed V de Rabat)

L’Adhésion du Maroc à la CEDEAO : quel impact sur la migration ?

Clôture

Appel à Communication pour le Colloque “Frontières de la citoyenneté : Enjeux de l’accueil des primo-arrivants” – prolongation

Le colloque international “Frontières de la citoyenneté : Enjeux de l’accueil des primo-arrivants” aura lieu du 27 au 29 mars 2019 à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines  à Agadir.

La date pour l’envoi des propositions a été reportée au 3 février 2019.

Retrouvez le texte complet de l’appel à communication : version française / version anglaise

Compte rendu du colloque “citoyenneté(s) et démocratie”

Le colloque « Citoyenneté(s) et démocratie » a eu lieu à l’Université d’Angers les 6 et 7 décembre 2018. Il a été organisé par Félicien LEMAIRE et Stéphanie COUDERC-MORANDEAU dans le cadre du projet CITER en partenariat avec l’Université d’Angers (CJB, CAPHI, CENS), l’Université Catholique de l’Ouest (3LAM), l’Université de Nantes (DCS), l’Université du Maine, l’Université de Turin, l’Université d’Osnabrück, le CNRS, l’Université d’Innsbruck, l’Université Paris II Assas, l’Université Ibn Zohr d’Agadir, l’Université Lille I, la Maison de l’Europe à Nantes, la Maison de l’Europe d’Angers et du Maine et Loire.

Après une allocution d’ouverture par Christophe DANIEL, doyen de la Faculté de Droit, d’Économie et de Gestion et l’Université d’Angers et une présentation du programme CITER par Gwénola SEBAUX, professeure en civilisation allemande à Université Catholique de l’Ouest, le colloque a commencé par une introduction de la part des organisateurs.

Félicien LEMAIRE, professeur de droit public à l’Université d’Angers et Directeur du Centre Jean Bodin, a explicité les trois thématiques autour desquelles s’organisait le colloque, à savoir la question du lien entre démocratie et citoyenneté, les enjeux politiques et juridiques des différentes tentatives de rénovation de ce lien, et les mécanismes visant à renouveler la participation des citoyens à la vie démocratique. Il a également exploré les risques qui caractérisent la démocratie. En effet, il ne faut pas oublier l’importance de l’activité et de l’éducation des citoyens pour éviter des dérives oligarchiques ou monarchiques. L’articulation entre démocratie délibérative et participative doit être examinée. On peut également se demander si le pluralisme est réellement compatible avec la démocratie ou si celle-ci ne se fonde pas toujours sur une forme d’exclusion. Ce questionnement invite aussi à s’interroger sur le caractère démocratique de l’Europe, où les mécanismes participatifs certes existent, mais sont souvent mal connus et mal appliqués. Peut-on alors se tourner vers les alternatives à la démocratie représentative comme remèdes à la crise de la représentation ?

Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, docteure en philosophie et Ingénieure d’Études CNRS au laboratoire DCS à l’Université de Nantes a, à son tour, insisté sur la nature confuse du lien entre les notions clés de ce colloque. Si citoyenneté et démocratie vont souvent de pair dans les discours courants, il est nécessaire d’interroger ce lien, en se demandant si l’engouement pour la notion de citoyenneté comble un déficit de démocratie. Assiste-t-on à une évolution vers de nouvelle formes et de nouvelles pratiques en cette matière ? Comment peut-on conceptualiser ensemble ces deux notions dans les processus de mondialisation, tout en prenant en compte leur longue histoire ? Établir un lien entre citoyenneté et démocratie amène également à réfléchir à la place du peuple, particulièrement dans des contextes autres que nationaux, tels que celui de l’Union Européenne. Cet exemple nous oblige à appréhender ces notions différemment sur le plan pratique et théorique, en les mettant en rapport avec différentes approches de l’intégration et de la transformation des structures nationales. De plus, il ne faut pas oublier que ces évolutions institutionnelles ne sont pas toujours suivies par les populations. Ce sont ces questions et ces tensions entre les concepts de démocratie et de citoyenneté qui ont guidé l’ensemble des interventions de ce colloque.

La première session, présidée par Michel CATALA, professeur d’Histoire à l’Université de Nantes et directeur d’Alliance Europa, visait à produire une meilleure compréhension du lien théorique entre les deux notions clés du colloque, en offrant un éclairage philosophique et historique.

Dans cette optique, la communication d’Alexandre VLAMOS, doctorant en Histoire à l’Université Paris-Nanterre, portait sur ce qu’il a décrit comme un « portefeuille » de citoyennetés qui existait dans les cités égéennes à l’époque hellénistique. En effet, la démocratie dans ces cités s’accompagnait de l’existence d’une variété de statuts de non-citoyen.ne.s, auxquels correspondaient des étendues différentes des droits. Au-delà de ces statuts formes, l’intervenant proposait de regarder du côté de la réalité de la participation politique pour mettre en exergue des cas où il était possible pour les non-citoyen.ne.s de prendre part à la vie de la cité (par l’inscription dans des associations, la contribution financière, ou la défense militaire par exemple). Cela amène à conclure que nous avons affaire à une démocratie oligarchique, dirigée par un portefeuille citoyen élargi, dont la nature ne peut être comprise qu’en étudiant la réalité des pratiques.

C’est aussi une forme de régime oligarchique qu’explorait dans sa communication Nicolas TARDITS, doctorant en Science politique à l’ISP/CNRS, en se focalisant sur l’usage du suffrage universel sous le Second Empire. Il s’agissait de se détacher de la tendance à étudier la démocratie en République et de réfléchir à la manière dont le suffrage universel a pu être utilisé dans un empire. On remarque que cet usage se caractérise à la fois par une mystification du pouvoir du peuple et par son contrôle et sa domestication. En effet, la participation élargie confère à Louis Napoléon Bonaparte la légitimité populaire, mais comporte aussi des risques de déstabilisation, qu’il s’agit de minimiser en délimitant de manière stricte le corps politique et en introduisant la pratique des candidatures officielles. Comme dans l’intervention précédente, on note ici l’importance des pratiques et des usages qui déterminent, au-delà des règles formelles, les réels rapports de force entre les acteurs prétendant à la représentation de ce groupe mystifié qu’est le peuple.

La communication de Gaïd ANDRO, MCF en Histoire à l’Université de Nantes, portait également sur les usages, mais déplaçait l’attention vers l’époque actuelle, en se concentrant sur l’éducation « nationale » à la citoyenneté en France. En effet, c’est par l’éducation des citoyen.ne.s qu’on cherche à dépasser une crise du modèle de l’État-nation. Cependant, les rapports récents sur l’éducation citoyenne en France montrent un décalage entre l’engagement affirmé par les acteurs et l’investissement très limité de cette thématique en réalité. Les valeurs attachés à la citoyenneté paraissent désincarnées aux élèves. De plus, une tension existe entre deux conceptions de l’éducation citoyenne : S’agit-il de promouvoir l’idée de communauté civique ou celle de liberté individuelle ? Il semblerait que de nos jours les programmes scolaires donnent la primauté à la communauté civique et enseignent qu’être citoyen c’est avant tout faire partie. Les mots-clés sont ceux de cohésion, d’intégration et d’appartenance. Le régime politique n’est jamais interrogé. La liberté politique s’y trouve réduite à l’élection. Privé de son pouvoir constituant, le citoyen doit se limiter à accompagner l’évolution de la démocratie, dans le cadre des instances déjà existantes. Cette manière d’enseigner est très peu investie et on pourrait imaginer qu’un retour à la notion de liberté comme non-domination serait une manière de remédier à ses défauts.

Dans son intervention, Théophile PENIGAUD, docteur en philosophie au laboratoire Triangle à l’ENS Lyon, offrait un éclairage philosophique en s’interrogeant sur le concept de démocratie ouverte. Cette conception permet de dépasser une compréhension substantielle de la communauté des citoyen.ne.s et de questionner le lien entre la démocratie délibérative et la démocratie représentative. Elle propose comme cadre de référence un espace public de délibération et donne aux citoyen.ne.s un droit de regard plus étendu sur les décisions publiques. Dans cette perspective, l’intervenant examinait la possibilité de recourir à des assemblées physiques tirées au sort. L’obstacle premier rencontré par ce type de dispositif semble être la question de la responsabilité. On peut également s’interroger sur le dégré de représentativité qui serait souhaitable. Malgré ces questionnements, il est possible d’arguer que cette forme de démocratie possède une certaine valeur épistémique et aurait l’avantage de renforcer la confiance dans les institutions et le sentiment d’égalité.

Marc DERYCKE, professeur émérite à l’Université Jean-Monnet-Saint-Étienne, abordait dans sa communication la citoyenneté par ses marges, en proposant une étude sur les « sans » sans papiers, sans ouïe et sans voix, illettré.e.s, sans domicile… Partant des ethnographies réalisées auprès de ces publics, il proposait une réflexion sur ce qui peut être décrit comme une citoyenneté ordinaire, buissonnière, ou encore profane. En effet, ces groupes marginalisés se trouvent exclus de la communauté d’égaux dont l’idée fonde le processus de prise de décision démocratique. Cependant, à travers leurs stratégies de vie et de survie, et à travers leurs luttes contre les assignations, ces personnes créent d’autres formes de participation à la vie de la cité.

La deuxième session, présidée par Anne-Sophie TRAVERSAC, MCF en Droit Public, Université Paris I Panthéon-Sorbonne était focalisée sur les enjeux politiques et juridiques de la rénovation du rapport entre citoyenneté et démocratie.

Dans cette perspective, Aurélie LAURENT, MCF en Droit public à l’Université du Mans et Nilsa ROJAS-HUTINEL, MCF en Droit public à l’Université de Bretagne Occidentale, exploraient dans leur communication de nouveaux mécanismes démocratiques pour faire vivre la citoyenneté européenne à deux niveaux : européen et national. Partant du constat que la citoyenneté européenne est toujours multi-niveaux, les auteures s’interrogeaient sur la possibilité de renforcer la démocratie européenne par la mise en place des dispositifs qui tiendraient compte de cette double dimension. En effet, si à présent des initiatives visant à associer les citoyen.ne.s au processus de décision existent, elles dissocient en général le niveau national et le niveau européen. Parmi les dispositifs qui pourraient contribuer à dépasser cette division, on peut citer le droit d’adresse européen qui permettrait aux citoyen.ne.s de proposer des positions qui devrait être défendues par la France sur le forum européen, ou encore des outils de consultation numérique par rapport aux positions défendues par la France. Il s’agirait ainsi de compléter les mécanismes existants par des solutions à même de légitimer à la fois l’action de la France dans l’UE et l’action de l’UE dans son ensemble.

L’intervention de Sébastien QUENOT, Directeur de Cabinet du Président de l’Assemblée de Corse, et MCF en Sciences de l’éducation, se focalisait également sur les liens entre le niveau régional, national et international en s’interrogeant sur la place de la Corse en France, en Europe et en Méditerranée. Si l’intégration à l’État-nation avait affaibli aussi bien le sentiment d’appartenance à une communauté corse que les liens avec la Méditerranée, la mondialisation et la construction européenne font sortir la relation de cette île avec la France du couple majorité-minorité. Des alliances et des regroupements nouveaux sont possibles et on peut alors s’interroger sur la possibilité d’une citoyenneté culturelle qui repositionnerait la Corse dans un espace plus vaste. L’intervenant examinait ainsi une pluralité de questions telles que l’enseignement des langues, les enjeux liés à l’immigration, ou encore la gestion du religieux, pour proposer une réflexion sur les manières de repenser la communauté de destin et de la rendre plus inclusive.

Adélie POMADE, MCF en Droit public à l’Université de Bretagne Occidentale réfléchissait à son tour sur un instrument spécifique de démocratie participative transnationale : l’initiative citoyenne européenne (ICE). Ce dispositif introduit en 2007 était conçu comme une expression de citoyenneté et de démocratie transnationale. Cependant, certaines lacunes invitaient à se demander si cette dimension démocratique n’était pas uniquement théorique. Une réforme de l’ICE en 2017 visait à répondre à ces critiques en faisant de cet instrument une véritable interface de la citoyenneté et de la démocratie transnationale tout en favorisant une conscience démocratique transnationale. Si les limites de ce dispositif sont indiscutables, l’observation des initiatives existantes sur la plateforme de collecte de signatures montre qu’il peut s’agir d’un espace où les citoyens se rencontrent et où des coalitions se forment. Cet outil permettrait alors de reconfigurer le rôle des citoyen.ne.s, qui participent désormais au sein d’un mouvement et non pas d’un État national.

L’intervention de Christian LAZZERI, Professeur de Philosophie à l’Université Paris-Nanterre, constituait une réflexion sur la notion d’identité et sur son rôle dans les revendications politiques des minorités ethniques ou nationales. Après une réflexion sur les différentes définitions possibles d’une minorité (minorités nationales sans État, groupes autochtones, minorités migrantes…), l’intervenant s’ést focalisé sur les stratégies identitaires mises en place par ces groupes selon les contextes et sur les interprétations divergentes que l’on peut apporter à l’existence de telles stratégies. La communication portait ensuite sur le rôle du conflit dans l’expression et la formation des identités collectives et examinait les sources de l’attachement émotionnel à ces identités. Il s’agissait de réfléchir sur les grilles de lecture du monde social et les manières de réagir émotionnellement à ce monde qui sont ainsi produites. On constate que selon le nombre de propriétés communes partagées par le groupe, mais aussi selon ses relations avec l’extérieur et selon son degré d’isolation, l’identité ainsi produite sera plus ou moins homogène ou composite.

Alice FRANÇOIS, Doctorante en Droit public à l’Université de Nantes, explorait dans sa communication les complexités et les ambiguïtés du statut de la Nouvelle-Calédonie qui prévoit la mise en œuvre d’une souveraineté partagée et un transfert progressif des compétences de l’État central vers les institutions calédoniennes. Étant donné les revendications de statut similaires de la part d’autres localités, il est nécessaire de se demander si ce modèle, entretenant un lien fort avec la reconnaissance d’une culture et d’une identité, peut devenir un nouveau mode de démocratie locale et si le principe français d’égalité peut évoluer pour l’inclure. Il faut également noter que le statut calédonien présente un certain nombre de limitations. Notamment, en reconnaissant l’identité kanak comme composante de la citoyenneté française, ce statut établit deux corps électoraux distincts. Ainsi, s’il constitue une forme de démocratie régionale pour celles et ceux qui en profitent, il ne s’applique pas à l’ensemble de la population et peut être exclusif pour certain.e.s. De plus, son caractère transitoire invite à s’interroger sur la possibilité de son extension à d’autres territoires.

La troisième session de ce colloque était présidée par Félicien LEMAIRE, professeur de droit public à lUniversité d’Angers et Directeur du Centre Jean Bodin. Elle portait sur les modalités et le renouveau des mécanismes de participation des citoyens à la vie démocratique.

La communication d’Anne-Sophie TRAVERSAC, MCF en Droit public à l’Université Paris II Panthéon-Assas, portait sur le question de la représentativité et la relation entre le citoyen et l’individu. L’intervenante a commencé par une réflexion sur un point d’actualité : les manifestations des Gilets Jaunes et le constat d’une rupture entre gouvernants et gouvernés porté par ce mouvement. Cependant, cela pose aussi la question de la possibilité de créer de la représentation à partir d’une telle addition d’individus participant à un mouvement. L’État français s’est historiquement nourri de l’idée d’unicité au delà des revendications et des différences des individus. Si des outils d’expression plus directe des citoyen.ne.s existent, ils sont mal ou peu pratiqués. C’est donc sur ces instruments et leurs limitations qu’il s’agissait de réfléchir.

L’intervention de Serge SURIN, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en Droit public à l’Université de Caen Normandie portait sur un de ces instruments en particulier : la Chambre de la société civile (CSS). Celle-ci est prévue pour remplacer le Conseil économique, social et environnemental (CESE), avec un rôle législatif plus marqué et des compétences plus étendues. Cette Chambre sera notamment le destinataire des pétitions citoyennes. Ce projet se fonde donc sur l’idée d’une reconquête démocratique et d’une représentativité accrue. L’objectif de cette communication était d’examiner ce dispositif proposé et de chercher une réponse à la question de savoir s’il est réellement à même de répondre à ce défi.

Blandine SILLARD, Doctorante en Science politique au CESSP à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, examinait à son tour l’hypothèse de l’émergence d’une nouveau modèle de citoyenneté : celui du « citoyen par projet » ou encore de citoyenneté active. L’intervenante distinguait ainsi quatre figures successives du citoyen : l’électeur, le citoyen engagé, l’ayant-droit et le porteur de projet. Si ces figures correspondent à époques différentes dans l’histoire des démocraties modernes, et à des préoccupations les caractérisant, cela n’empêche cependant pas qu’elles puissent coexister. La figure du porteur de projet semble être caractéristique de l’époque actuelle. Elle est notamment visible dans les champs lexicaux d’une série d’associations qui cherchent à promouvoir cette forme d’engagement citoyen – un engagement plus autonome, sans affiliations ni clivages politiques. On en retrouve des échos au sein des organisations politiques, à travers des initiatives comme des appels à projets citoyens ou des budgets participatifs. Il s’agit d’une conception qui reconfigure en profondeur les pratiques démocratiques. On note aussi que cette figure peut exister dans une lecture libérale comme une lecture anarcho-libertaire, et on est alors en droit de se demander s’il s’agit d’une ruse néo-libérale ou d’opportunité pour une démocratie d’inspiration libertaire.

L’idée des modèles de citoyenneté était également présente dans la communication de Manon ISTASSE, chargée de recherche FRS-FNRS au LAMC (ULB), qui réfléchissait sur les liens entre les dispositifs numériques relatifs au patrimoine culturel et des formes spécifiques de participation citoyenne. En particulier, deux formes de démocratie patrimoniale peuvent être distinguées : par le bas, lorsque les citoyen.e.s définissent ce qu’est le patrimoine et par le haut lorsque les administrations proposent des projets participatifs. L’auteure de cette communication se basait en particulier sur l’analyse de deux dispositifs : d’une part, Patrimoine AlaonTour, un groupe Facebook et, d’autre part, le projet FAB-PAT, crée par un LabEx et regroupant des chercheurs, des personnels de musées, et des professionnels du culturel. On note que dans les deux cas certains modèles et certaines formes de participation étaient exclus. Ces types de plateformes présupposent en réalité une certaine vision de la participation citoyenne et derrière un simple clic on peut discerner énormément de questions.

Aboubakry SY, ingénieur pédagogique à l’École Nationale d’Administration, cherchait dans son intervention la réponse à la question suivante : comment faire en sorte que le citoyen puisse participer à lélaboration du budget de la nation ? Cette réflexion commençait avec le constat que non seulement la Révolution Française avait des causes financières, mais aussi que l’idée du consentement à limpôt était centrale pour les révolutionnaires et les gouvernements qui ont suivi. Maîtriser les finances, cest maîtriser l’État et cest donc d’un enjeu de pouvoir qu’il s’agit. Cependant, la démocratie financière crée par la suite est strictement représentative. Si les comptes de l’État sont ouverts au public, cette information nest pas pensée pour les citoyen.ne.s et reste très difficile d’accès. Les connaissances des citoyen.ne.s en matière de finances publiques restent très limitées. L’intervenant prônait donc la promotion d’une conscience financière complète qui pourrait mener à une réelle citoyenneté financière.

 

Colloque “Citoyenneté(s) et démocratie”

Le colloque “Citoyenneté(s) et démocratie” est co-organisé par Félicien Lemaire (Professeur en droit public, directeur du Centre Jean Bodin, Université d’Angers) et Stéphanie Morandeau (Ingénieure d’Etudes CNRS (DCS), Université de Nantes), dans le cadre du projet CITER.

Présentation du colloque

Les significations aujourd’hui accolées aux termes « citoyenneté » et « démocratie », ainsi que leur omniprésence dans nos sociétés, poussent à les penser ensemble sur les plans idéologique, théorique et pratique.
Les crises nationales et supranationales actuelles (perte de repère face à la mondialisation et la globalisation financière, crise économique et sociale, crise d’identification des populations, crise des valeurs et des institutions, crise de la représentation et de la représentativité), que cristallise une crise de confiance politique, impliquent de redéfinir le rapport entre citoyenneté et démocratie.
Les multiples qualificatifs qui sont attribués à ces termes les rendent maintenant presque indissociables : à une citoyenneté participative, responsable, inclusive, active correspond une démocratie participative, représentative, populaire, délibérative, etc.
La citoyenneté renforce la démocratie par l’action participative des citoyens. Elle se charge de nouvelles connotations et occurrences en remodelant les conceptions admises sur l’identité collective autant que celles établies sur la souveraineté. La démocratie, quant à elle, charge la citoyenneté d’un contenu social et politique par le biais de l’expression du peuple. Elle réagence le rapport du citoyen à l’objet politique en l’essentialisant dans la prise de décision politique.

L’objectif du colloque est de démontrer que ces deux notions comportent une pluralité de sens et de conséquences, et de s’interroger sur les débouchés souhaités ou espérés d’un renouveau de la démocratie au travers d’une citoyenneté plus active.

Trois thématiques seront explorées :
1. La question du lien entre citoyenneté et démocratie
2. Les enjeux politiques et juridiques de la rénovation du rapport entre citoyenneté et démocratie
3. Les modalités et le renouveau des mécanismes de participation des citoyens à la vie démocratique 

PROGRAMME – 6 déc.

8h30 Accueil des participants

9h00 Allocution d’ouverture
Christophe DANIEL,  Doyen de la Faculté de Droit, d’Économie et de Gestion, Professeur d’économie – Université d’Angers

9h10 Présentation du Programme CITER
Gwénola SEBAUX, Professeure en civilisation allemande, 3L.AM (EA 4335) – Université Catholique de l’Ouest

9h20 Introduction
Félicien LEMAIRE, Professeur de droit public – Université d’Angers,
Directeur du Centre Jean Bodin
Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, Docteure en philosophie, Ingénieure d’Études CNRS, DCS – Université de Nantes

LA QUESTION DU LIEN ENTRE CITOYENNETÉ ET DÉMOCRATIE

Présidence : Michel CATALA, Professeur d’Histoire – Université de Nantes et Directeur d’Alliance Europa

9h30 Un portefeuille de citoyennetés pour une démocratie oligarchique ? Citoyenneté(s) et démocratie dans les cités égéennes à l’époque hellénistique
Alexandre VLAMOS, Doctorant en Histoire – Université Paris-Nanterre

9h50 « Gouverner avec les masses » : De l’usage du suffrage universel sous le Second Empire
Nicolas TARDITS, Doctorant en Science politique – ISP/CNRS

10h10 Relire la dialectique révolutionnaire souveraineté/liberté au regard des enjeux contemporains d’une éducation «nationale» à la citoyenneté
Gaïd ANDRO, Maître de conférences en Histoire – Université de Nantes

10h30 Débats avec la salle

11h00 Pause-Café

11h15 Le concept de démocratie ouverte et l’objection de la responsabilité
Théophile PENIGAUD, Docteur en Science politique, Laboratoire Triangle – ENS Lyon

11h35 La citoyenneté d’écart, un présupposé des citoyennetés en démocratie
Marc DERYCKE, Professeur émérite – Université Jean-Monnet-Saint-Étienne

11h55 Débats avec la salle

12h30 Pause Déjeuner

LES ENJEUX POLITIQUES ET JURIDIQUES DE LA RÉNOVATION
DU RAPPORT ENTRE CITOYENNETÉ ET DÉMOCRATIE

Présidence : Anne-Sophie TRAVERSAC, Maître de conférences en Droit Public, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

14h00 Quels nouveaux mécanismes démocratiques pour faire vivre la citoyenneté européenne depuis la France ?
Aurélie LAURENT, Maître de conférences en Droit public – Le Mans Université
Nilsa ROJAS-HUTINEL, Maître de conférences en Droit public
Université de Bretagne Occidentale

14h20 L’initiative citoyenne européenne (ICE), un instrument de démocratie participative transnationale efficace ? Bilan et perspectives
Adélie POMADE, Maître de conférences en Droit public HDR, Université de Bretagne Occidentale

14h40 Le rôle de l’identité dans les revendications politiques des minorités ethniques ou nationales
Christian LAZZERI, Professeur de Philosophie – Université Paris-Nanterre

15h00 Débats avec la salle

15h30 Pause-Café

15h45 La Corse peut-elle devenir une île d’Europe et de Méditerranée ?
Sébastien QUENOT, Directeur de Cabinet du Président de l’Assemblée de Corse, MCF Sciences de l’éducation

16h05 La citoyenneté régionale en question, réflexion autour du cas de la Nouvelle-Calédonie
Alice FRANÇOIS, Doctorante en Droit public – Université de Nantes

16h25 Débats avec la salle

16h45 Fin

18h30 Cocktail Galerie David d’Angers

PROGRAMME – 7 déc.

LES MODALITÉS ET LE RENOUVEAU DES MÉCANISMES
DE PARTICIPATION DES CITOYENS À LA VIE DÉMOCRATIQUE

Présidence : Félicien LEMAIRE, Professeur de Droit public
Université d’Angers, Directeur du Centre Jean Bodin

9h30 Penser la démocratie par le citoyen ou l’individu ? Les outils juridiques de la représentation face aux aspirations à la représentativité
Anne-Sophie TRAVERSAC, Maître de conférences en Droit public
Université Paris II Panthéon-Assas

9h50 La définition et la construction du citoyen actif au cœur du processus démocratique
Blandine SILLARD, Doctorante en Science politique, CESSP
Université Paris I Panthéon-Sorbonne

10h10 La Chambre de la société civile : vers la constitutionnalisation d’une démocratie citoyenne en France ?
Serge SURIN, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en Droit public – Université de Caen Normandie

10h30 Débats avec la salle

11h00 Pause-Café

11h15 De nouveaux outils de démocratie citoyenne ? Les dispositifs numériques relatifs au patrimoine culturel
Manon ISTASSE, Chargée de recherche FRS-FNRS au LAMC (ULB)

11h35 Le citoyen et la démocratie financière : vers l’émergence d’un nouveau paradigme
Aboubakry SY, Ingénieur pédagogique à l’École Nationale d’Administration

11h55 Débats avec la salle

12h30 Clôture du colloque

Appel à communications : Colloque international “Frontières de la citoyenneté : Enjeux de l’accueil des primo-arrivants”

Du 27 au 29 mars 2019
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines -Agadir

L’objectif de ce colloque international est de s’arrêter sur la question de la citoyenneté et sur les enjeux (humains, politiques, sociétaux, économiques) de l’accueil des primo-arrivants. Le colloque réunira des chercheurs et des professionnels représentant des institutions étatiques ainsi que la société civile. Il se propose d’apporter des éléments de réponse aux différentes questions liées à l’accueil et à l’intégration des migrants/es, en s’appuyant sur les expériences et champs d’intervention des diverses institutions que les primo-arrivants consultent. C’est donc l’occasion de réinterroger sous un prisme international les expériences, les politiques d’accueil et les outils de la citoyenneté.

Ainsi, les propositions peuvent porter sur les axes suivants : Le premier axe se propose de réinterroger, selon plusieurs dimensions : sociologique, historique, géographique, juridique, humaine…, les concepts : migrants, immigrés, réfugiés, primo-arrivants… ?

Le deuxième axe s’attachera aux structures d’accueil des primo-arrivants : Services et prestations, assistance sociale, sanitaire, psychologique,  éducation et aide à l’insertion socioprofessionnelle. Il en analysera les défis et les enjeux.

Le troisième axe portera sur l’intégration, le vivre-ensemble, la tolérance et la citoyenneté dans ses différentes dimensions : droits et devoirs ; dimensions sociales et participatives ; articulation avec les valeurs démocratiques; inscription dans un projet commun de société…

Enfin, le quatrième axe se penchera sur les politiques publiques d’accueil et d’intégration, en examinant les expériences nationales (locales, régionales) et internationales de différents pays : Maroc, France, Italie, Grèce, Espagne, Allemagne, Pologne, Turquie, Algérie, Tunisie, Mauritanie, Lybie, pays scandinaves… Il concernera également la société civile et les institutions. Il intègrera les témoignages d’acteurs de terrain, les initiatives associatives et publiques.

Comment les collectivités locales accueillent-elles les primo-arrivants ? À quels défis les communes sont-elles confrontées ? Quel rôle joue l’État ?

Ce sont des champs thématiques possibles.
La liste n’est pas exhaustive.


Les propositions peuvent émaner de différentes disciplines (Sociologie, Anthropologie, Géographie, Psychologie, Histoire, Droit, Travail social…), et selon des approches méthodologiques variées (études comparées, études de cas, analyses théoriques…).

Modalités de soumission
Langues du colloque : français, arabe, anglais
Les propositions (titre, résumé de 400 mots et bref CV)
sont à envoyer avant le 07 janvier 2019
aux deux adresses suivantes :
m.youssoufi@uiz.ac.ma
gwenola.sebaux@wanadoo.fr

  • 14 janvier 2019 : réponse du comité scientifique
  • Date du colloque : 27, 28 et 29 mars 2019
  • Il est prévu de publier les actes du colloque (sélection d’articles

NB : L’organisation ne prend pas en charge les frais de transport et d’hébergement.
Frais de participation :
enseignants/ chercheurs : 100 euros ; étudiants : 50 euros.

Coordination
Gwénola SEBAUX, Meryem YOUSSOUFI

Comité scientifique
Rachid ACIM, FLSH Agadir. Université Ibn Zohr
Othman AIT OUARSS, Université Ibn Zohr
Abdaloihad ALJAHDANI, FLSH Agadir, Université Ibn Zohr
Abdelkbir ATTOUF, FLSH Agadir. Université Ibn Zohr
Mohamed CHAREF, FLSH Agadir. Université Ibn Zohr
Habiba HAFSAOUI, Université Ibn Zohr
Félicien LEMAIRE, Université d’Angers
Abdelkader MOHAINE, Université Ibn Zohr
Stéphanie MORANDEAU, Université de Nantes
Khalid MOUNA, Faculté Moulay Ismail, Meknès
Diaa NOUALI, Université Ibn Zohr
Gwénola SEBAUX, Université catholique de l’Ouest, Angers
Kaja SKOWRONSKA, Université de Nantes
Clément THIBAUD, EHESS
Meryem YOUSSOUFI, Université Ibn Zohr
Zaihia ZEROULOU, Université de Lille 1

Comité d’organisation
Habiba HAFSAOUI, Université Ibn Zohr
Abdelkader MOHAINE, Université Ibn Zohr
Diaa NOUALI, Université Ibn Zohr
Gwénola SEBAUX, Université catholique de l’Ouest, Angers
Meryem YOUSSOUFI, Université Ibn Zohr

Doctorants/es: (Laboratoire Valeurs, Sociétés et Développement)
Naima AABCHANE
Abdelaziz AIT TALEB
Rochdi BOYBRI
Mbarek ELAASRI
Fatma Zohra EL AAHED
Houcine KEHIOUA
Mustafa RAISSI

Partenaires



Participation à la conférence annuelle de l’UACES à Bath

Lors de la la 48ème conférence annuelle de l’University Association for Contemporary European Studies, qui s’est tenue du 3 au 5 septembre à Bath,  Kaja SKOWRONSKA, docteure en sociologie et science politique et post-doctorante dans le projet CITER a présenté un article coécrit avec Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, ingénieure CNRS, membre du laboratoire DSC (UMR 6297), associée au CRHIA (Université de Nantes) et co-coordinatrice du projet CITER.

Cette présentation, intitulée

« Rejecting or reflecting Europe? Exploring the philosophical underpinnings of Poland’s anti-immigration turn. »

faisait partie du panel « (Dis)Uniting Europe? The EU Member States & Migration Policy ». Celui-ci portait sur les réactions de l’Union Européenne et de ses États membres à ce que l’on décrit comme une « crise migratoire ». La session était modérée par Bronwyn WINTER, professeure associée à l’Université de Sydney.

La communication de Gulay ICOZ de l’University of London portait sur le niveau européen et présentait le sous-bassement théorique d’une enquête en cours. Celle-ci, consistant en une série d’entretiens avec des députés européens, a pour but d’éclairer les présupposés et les résultats de la réponse européenne aux arrivées récentes des réfugiés du Moyen-Orient.

Les deux communication restantes se focalisaient sur le cas polonais, particulièrement intéressant dans ce contexte étant donné le refus catégorique du gouvernement polonais de participer au programme européen de relocalisation des demandeurs d’asile d’une part, et la très récente politisation de la question migratoire dans ce pays d’autre part.

La communication préparée par les membres de l’équipe CITER se donnait pour objectif de joindre une analyse sociologique des politiques migratoires à une réflexion philosophique pour explorer les fondements conceptuels des approches actuelles de l’immigration en Pologne. Elle prenait donc comme point de départ l’essor d’un discours anti-immigrant en Pologne. Ce discours était mis en perspective avec l’évolution réelle des politiques migratoires, mais surtout avec les conceptions historiquement construites de citoyenneté qui informent les débats actuels.

La communication de Karolina FOLLIS de l’Université de Lancaster complétait la réflexion sur les approches polonaises de l’immigration en analysant un aspect particulier. Au cours des trois dernières années, les autorités polonaises ont insisté que l’accueil des réfugiés du Moyen-Orient devrait faire place à une politique d’aide humanitaire dans les pays d’origine et de transit. La présentation de Karolina Follis se focalisait sur la mise en place de cette aide et en particulier sur la position des organisations non-gouvernementales vis-à-vis de cette politique.

Ainsi, l’ensemble des présentations de cette session permettait d’aborder différentes échelles et différentes dimensions de la réponse à ce qu’on perçoit comme une « crise migratoire » : du niveau européen au niveau national et local ; des politiques étatiques, aux institutions supranationales, en passant par les acteurs non-gouvernementaux. Les discussions qui ont suivi ont été une occasion de réfléchir sur les significations plurielles, mais interconnectées que peuvent prendre la citoyenneté et l’appartenance dans ces contextes.

La conférence a donc également permis la prise de contact entre un ensemble de chercheur.e.s travaillant sur les questions de citoyenneté, de politiques migratoires et d’inclusion locale des immigrants.

“Quelle citoyenneté pour les migrants? Quelle mémoire de l’immigration?” – une émission du projet Citer ce soir sur Euradionantes

Ce soir, à 17h50 retrouvez dans l’émission On n’est pas sorti de l’Europe! sur Euradionantes (101.3 FM) une intervention préparée dans le cadre du projet Citer sur le thème “Quelle citoyenneté pour les migrants? Quelle mémoire de l’immigration?”.

Cette émission est réalisée en lien avec le colloque  « Représentation et mémoire de la migration » qui se tiendra les 24 et 25 mai 2018 au Château des Ducs de Bretagne à Nantes.

Elle sera la première d’une série d’émissions intitulée “EU Citizen”.

Euradio en streaming: http://www.euradionantes.eu/ecoute/

Conférence d’Annie Petit « L’Europe comme programme positiviste » – Compte rendu

La conférence d’Annie PETIT, professeure émérite de philosophie à l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3, sur le thème « L’Europe comme programme positiviste », a eu lieu à la MSH Ange-Guépin à Nantes le 15 mai 2018. La conférence a été organisée par Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, ingénieure CNRS, membre du laboratoire DSC (UMR 6297), associée au CRHIA (Université de Nantes) et co-coordinatrice du projet CITER.

Auguste Comte partageait avec des nombreux auteurs de son époque une ambition européenne, se traduisant par un projet politique et social. C’est sur la spécificité de ce projet comtien que se focalisait cette conférence, le distinguant des auteurs proches, tels Saint-Simon, et le situant dans l’ensemble de la pensée du père du positivisme.

Tout d’abord, la conférencière notait que ce projet, bien que centré sur l’Europe, avait néanmoins une visée universelle. Les frontières de ce que Comte entendait par l’Europe peuvent être vues comme extensibles. L’Europe était, pour Comte, dotée d’un rôle directeur dans le processus souhaité de réorganisation de la société, mais elle était loin d’en être l’unique terrain.

Parmi les nations européennes, Comte voyait la France comme guide de l’Europe. Il s’opposait en cela à l’anglophilie de Saint-Simon, voyant l’Angleterre comme au mieux un brouillon des évolutions sociales accomplies en France, au pire un contre-modèle.

C’est donc en partant de la France que la réorganisation de la société devait, aux yeux de Comte, s’étendre à l’ensemble de l’occident. Cette réorganisation est à comprendre avant tout en termes spirituels. Tout changement réel devait être fondé sur une changement des mentalités, sur la formation d’un esprit européen. L’Europe de Comte devait se faire en premier lieu sur le plan idéologique.

C’est pour ces raisons que Comte attribuait un rôle crucial dans son projet aux savants. S’opposant une fois de plus aux idées de Saint-Simon, il refusait d’accorder une place centrale aux industriels. Cependant, déçu par les savants de son époque peu sensibles à sa philosophie, Comte insista progressivement pour que ces savants eux-mêmes soient régénérés, transformés, avant de pouvoir jouer leur rôle directeur. Il se tourna, en même temps, de plus en plus vers le peuple et les prolétaires comme destinataires privilégiés de sa pensée.

Comte qualifiait de République occidentale le système qu’il entendait bâtir ainsi. Cette République était définie par un refus à la fois des formes rétrogrades et des formes révolutionnaires d’organisation sociale. Elle pouvait s’accommoder d’une dictature bienveillante, mais était conçue comme incompatible avec l’idée d’un empire.

Elle était également posée en opposition aux notions de nation et de nationalisme. Considérant que la nation n’était pas une catégorie pertinente, Comte prônait un patriotisme européen. Qui plus est, il postulait de remplacer le terme « patrie » par « matrie », pour mettre l’accent sur l’éducation spirituelle vers l’unanimité. L’Europe de Comte devait donc être redécoupée en une soixantaine ou soixante-dizaine de républiques plus petites, qui seraient les éléments fondateurs de sa République occidentale unie.

Dans la perspective de la création de cette Europe unie et régénérée, Comte envisageait une série d’institutions : en partant d’une revue et une bibliothèque, en passant par un système d’éducation positiviste, et jusqu’à un calendrier, un système de drapeaux et une monnaie commune.

Les disciples de Comte tentèrent de mettre en place ce projet, tout en en accentuant ou effaçant certains aspects. C’est ainsi que la dimension religieuse de la pensée comtienne se trouva au cœur de ses lectures en Amérique Latine, par exemple. Ces efforts de mise en ouvre se heurtèrent également aux réalités politiques de leur temps, de la colonisation à la montée des nationalismes et la guerre mondiale.

L’Europe de Comte s’avère donc être un programme tout aussi complexe que plein de paradoxes : c’est un système utopique qui se veut fondé sur la science, une République qui refuse la démocratie au profit d’une « sociocratie », un continent uni dans son morcellement, et un projet spirituel néanmoins soucieux des réalités temporelles.

Colloque “Judaïsmes européens (1770 – 1930). Laboratoires des identités partagées”

En partenariat avec l’IPRA et TEMOS (FRE 2015), V. VILMAIN, MCF en histoire contemporaine à Le Mans Université, organise, un colloque les 5 et 6 mars 2018 au Mans sur le thème :

Judaïsmes européens (1770 – 1930)

Laboratoires des identités partagées

Présentation :

A travers une relecture de l’histoire des appartenances du judaïsme européen à l’époque contemporaine, l’objectif du colloque sera d’étudier les dynamiques à l’œuvre entre citoyenneté et cosmopolitisme ou entre particulier et universel. En effet, tout au long de la période les communautés juives européennes s’efforcent de concilier des identités souvent considérées comme contraires, en particulier dans les milieux ultranationalistes et antisémites. A l’ère de l’émancipation et de l’assimilation, de nombreux Juifs en France, en Allemagne ou ailleurs, font preuve du plus grand patriotisme aussi bien sur plan politique que culturel. Pourtant, certains choisissent aussi parallèlement des engagements cosmopolites de diverses natures jugés plus ou mois conciliables avec les identités nationales (anarchisme, socialisme, européisme…). Enfin, ces différents mouvements peuvent encore s’accompagner de la reconstruction d’une identité juive transcendant les frontières, conduisant parfois jusqu’au sionisme sans que ce dernier ne soit toujours conçu – à l’origine du moins – comme une mise à l’écart de l’Europe. Ainsi, le judaïsme européen apparaît comme un laboratoire des identités composites et partagées.

Consulter le programme : cliquer ici

Partenaires :

 

 

“L’histoire migratoire en mouvement : France et Allemagne (19ème-21ème siècle)”

Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest), Jochen OLTMER (Université d’Osnabrück) et Zaihia ZEROULOU (Université Lille-1), ont le plaisir de vous inviter à participer au colloque international :

L’HISTOIRE MIGRATOIRE EN MOUVEMENT : FRANCE et ALLEMAGNE (XIXe, XXe, XXIe siècles)

MIGRATIONSGESCHICHTE IN BEWEGUNG: FRANKREICH und DEUTSCHLAND (19., 20., 21. Jahrhundert)

Du 29 au 30 juin 2017

Dans le cadre du projet CITƐR / Im Rahmen des Projekts CITƐR :

L’Europe et les frontières de la citoyenneté

Ce colloque international (franco-allemand) s’inscrit dans le contexte de la « crise migratoire » ou « crise des réfugiés », à une étape décisive de l’histoire européenne (Brexit, montée des populismes, tendances nationalistes). Le colloque vise à favoriser la compréhension des phénomènes migratoires, afin d’éclairer l’opinion publique et de guider l’action politique.

L’objectif est donc de retracer et d’éclairer les mutations des contextes et des régimes migratoires en Allemagne et en France, depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit d’analyser les particularismes nationaux, dans une perspective bilatérale franco-allemande, et européenne.

Les conférences se feront à parité française et allemande (dans les 2 langues), par des spécialistes allemands et français historiens ou sociologues des migrations.

Ce colloque international est ouvert à tout public intéressé, en accès libre.

Il sera clôt par une Table ronde largement ouverte au grand public, sur la thématique « Migration – Intégration : Regards croisés France-Allemagne ». Cette Table ronde (UFR Pharmacie, Amphi 400) sera présidée par Jean-Marc AYRAULT (sous réserve), et animée par Michel CATALA, directeur d’Alliance Europa.


Consulter le programme.

Inscrivez-vous au colloque ! 

Lieu : MSH Ange-Guépin – 5, Allée Jacques Berque 44000 Nantes – Amphithéâtre Simone-Weil et Faculté de Pharmacie – 9, rue Bias – 44035 Nantes – Amphithéâtre 400

Partenaire : Projet CITER (Alliance Europa ; région Pays de la Loire), MSH Ange-Guépin, Université catholique de l’Ouest, Université Lille-1, Université d’Osnabrück, DAAD

Contact : citer@univ-nantes.fr