Archives de catégorie : Publications

Publications récentes des chercheurs du projet CITER

Ouvrages

  • SEBAUX, Gwénola, (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècles), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017 (234 p.)

  • THIBAUD, Clément, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières républiques du monde hispanique (Colombie et Venezuela 1780-1820), Les Perséides, Mordelles, 2017, (545 p.)

Articles de revues

  • LEMAIRE Félicien, 2017, « Le projet de loi antisexiste d’Yvette Roudy ou de la difficulté à saisir le sexisme par le droit ». Droits, Revue française de théorie, de philosophie et de cultures juridiques. 2017. n°61, 2015 p. 143-170

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Le bonheur est un droit que l’on doit revendiquer! ». In : Culture Sciences. 11 octobre 2016. Nantes : Région Pays de la Loire, 2016. 

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Pourra-t-on un jour revendiquer le “droit au bonheur” devant les tribunaux ? ». In : Angers Mag. 8 décembre 2016. Angers, 2016. 

  • SEBAUX, Gwénola, « La politique migratoire du 3e gouvernement Merkel en temps de crise », Allemagne d’aujourd’hui N° 222, oct-déc. 2017, p. 55-74.

  • SEBAUX, Gwénola, « Nationalité et citoyenneté : L’Allemagne post-migratoire au défi », Allemagne d’aujourd’hui N° 218, oct-déc. 2016, p. 209-224.

  • SEBAUX, Gwénola, « Pegida: émergence, sens et influence d’un mouvement identitaire (trans)national dans l’espace public allemand », Revue d’Allemagne N°48 (2), juil.-déc. 2016, p. 187-199.

  • SEBAUX, Gwénola, „Die Deutschen in Paris – eine Hassliebe“ in Claire Demesmay, Christine Pütz, Hans Stark (éd.), Frankreich und Deutschland – Bilder, Stereotype, Spiegelungen. Wahrnehmung des Nachbarn in Zeiten der Krise. DGAP-Schriften zur Internationalen Politik, Berlin, Nomos Verlag, 2016, p. 131-146.

  • THIBAUD, Clément, « La crisis imperial como una experiencia compleja, 1808-1825 », Ayer, n°108, 2017, p. 307-337, avec Marcela Echeverri, Marta Lorente, Rodrigo Moreno, José María Portillo Valdés.

  • THIBAUD, Clément, « Les Indépendances dans l’espace atlantique, v. 1763-v. 1829 », Annales Historiques de la Révolution française, n° 1, 2016, avec Marc Belissa, Manuel Covo, Jack Rakove, p. 167-198.

Articles dans des ouvrages collectifs

  • LEMAIRE Félicien, 2016,« Propos introductifs ». In : La beauté : aspects juridiques et politiques. 09/04/2015, Angers. Presses universitaires juridiques de Poitiers, LGDJ-Lextenso éditions, p. 15-19. ISBN : 979-10-90426-50-4.

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Existe-t-il un peuple dans la République ? ». In : L’unité de la République et la diversité culturelle. 31/10/2014, Saint-Denis de La Réunion. PUAM, p. 13-23. ISBN : 9782731410082.

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Sur la distinction entre le bonheur et le bien-être dans les constitutions ». In : Première rencontre d’Angers BonDroit – Doctrine et réalité(s) du bonheur . 8-9/12/2016, Angers. Mare et Martin, Doctrine et réalité(s) du bonheur, 2016. ISBN : 978-2849343371.

  • SEBAUX, Gwénola, « L’Allemagne peut-elle (doit-elle, veut-elle) assumer un leadership européen en matière migratoire ? » in Beyza Ç. TEKİN & Didem DANIŞ (Dir.), Visions croisées autour des frontières européennes : mobilité, sécurité et frontières, Editions de l’Université Galatasaray, Istanbul, 2017, p. 61-74

  • SEBAUX, Gwénola, « Reconstructions identitaires par-delà les frontières : le cas des Allemands du Banat » in Gwénola Sebaux (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècle), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017, p. 83-93

  • SEBAUX, Gwénola, « Introduction » in Gwénola Sebaux (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècle), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017, p. 11-19

  • SEBAUX, Gwénola, “The Banat Germans in the early 21st Century. Which Heritage? Which Memory? Which Identity ?” in Vasile Docea (éd.), Paths to Belonging. Constructing local Identity in Banat by Means of cultural Heritage and Historiography, Nomos Verlag, Baden-Baden 2016, p. 122-145.

  • SEBAUX, Gwénola, « Destinées russe-allemandes: Exode et déportation des Allemands de Russie » in Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Fuite et expulsion des Allemands. Transnationalité et représentations 19e-21e siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2016, p. 79-88.

  • SEBAUX, Gwénola, « Les Allemands du Banat, Fuite, émigration, éclatement d’une collectivité historique » in Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Fuite et expulsion des Allemands. Transnationalité et représentations 19e-21e siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2016, p. 315-324.

  • THIBAUD, Clément, « Republicanism », in Trevor Burnard (dir.), Oxford Bibliographies in Atlantic History, New York, Oxford University Press, 2016.

  • THIBAUD, Clément, « 1983 : Benedict Anderson dévoile le fondement fictionnel des nations », in Cyril Lemieux (dir.), Pour les sciences sociales. 101 livres, Paris, Editions de l’EHESS, 2017, p. 101-105.

  • THIBAUD, Clément, « Idées et pratiques révolutionnaires », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 123-136.

  • THIBAUD, Clément, « Naissance de la Colombie », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 242-245.

Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières Républiques Hispaniques : Colombie et Venezuela

Clément Thibaud, Professeur en Histoire Contemporaine  à l’Université de Nantes et co-porteur du Projet CITER, vient tout juste de faire paraître aux éditions Perséides son dernier ouvrage : Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières Républiques Hispaniques : Colombie et Venezuela (1780 – 1820). 

    Pourquoi les premières républiques du monde hispanique sont-elles nées, au Nord de l’Amérique du Sud, entre Caracas, Carthagène-des-Indes et Bogota ? Comment, à l’aube du XIXè siècle, expliquer le surgissement précoce du régime de l’égalité civile au sein de sociétés organisées par les hiérarchies du statut et de la race ? Que doivent ces nouvelles républiques aux révoltes et aux révolutions de la Caraïbe française ou néerlandaise ? Comment « régénérer » un « peuple esclave » en une nation émancipée, et transformer Indiens, métis et libres de couleur en citoyens ?

Les révolutions de Terre-Ferme forment un pan oublié de l’histoire du républicanisme moderne. Elles voulurent faire d’une société coloniale un peuple d’égaux devant la loi, détruire le principe de la « pureté de sang », abolir la noblesse, sans guère toucher à l’esclavage. Ces guerres d’indépendance furent le fer de lance politique et militaire de l’émancipation de l’Amérique du Sud. Leurs cohortes combattirent jusqu’à Potosi et Bolivar convoqua le congrès à Panama dans le but de fédérer les jeunes nations américaines. L’idée républicaine s’est aussi construite loin de Philadelphie et de Paris, avec le soutien des « gens de couleur ». Ces premiers États sans roi de l’Amérique latine s’inscrivent, de plein droit, dans la séquence des révolutions atlantiques, contribuant ainsi à redessiner la carte politique du monde contemporain.

L’ouvrage est disponible ici.