Archives de catégorie : Publications

Publications récentes des chercheurs du projet CITER

Ouvrages

  • SEBAUX, Gwénola, (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècles), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017 (234 p.)

  • THIBAUD, Clément, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières républiques du monde hispanique (Colombie et Venezuela 1780-1820), Les Perséides, Mordelles, 2017, (545 p.)

Articles de revues

  • LEMAIRE Félicien, 2017, « Le projet de loi antisexiste d’Yvette Roudy ou de la difficulté à saisir le sexisme par le droit ». Droits, Revue française de théorie, de philosophie et de cultures juridiques. 2017. n°61, 2015 p. 143-170

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Le bonheur est un droit que l’on doit revendiquer! ». In : Culture Sciences. 11 octobre 2016. Nantes : Région Pays de la Loire, 2016. 

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Pourra-t-on un jour revendiquer le « droit au bonheur » devant les tribunaux ? ». In : Angers Mag. 8 décembre 2016. Angers, 2016. 

  • SEBAUX, Gwénola, « La politique migratoire du 3e gouvernement Merkel en temps de crise », Allemagne d’aujourd’hui N° 222, oct-déc. 2017, p. 55-74.

  • SEBAUX, Gwénola, « Nationalité et citoyenneté : L’Allemagne post-migratoire au défi », Allemagne d’aujourd’hui N° 218, oct-déc. 2016, p. 209-224.

  • SEBAUX, Gwénola, « Pegida: émergence, sens et influence d’un mouvement identitaire (trans)national dans l’espace public allemand », Revue d’Allemagne N°48 (2), juil.-déc. 2016, p. 187-199.

  • SEBAUX, Gwénola, „Die Deutschen in Paris – eine Hassliebe“ in Claire Demesmay, Christine Pütz, Hans Stark (éd.), Frankreich und Deutschland – Bilder, Stereotype, Spiegelungen. Wahrnehmung des Nachbarn in Zeiten der Krise. DGAP-Schriften zur Internationalen Politik, Berlin, Nomos Verlag, 2016, p. 131-146.

  • THIBAUD, Clément, « La crisis imperial como una experiencia compleja, 1808-1825 », Ayer, n°108, 2017, p. 307-337, avec Marcela Echeverri, Marta Lorente, Rodrigo Moreno, José María Portillo Valdés.

  • THIBAUD, Clément, « Les Indépendances dans l’espace atlantique, v. 1763-v. 1829 », Annales Historiques de la Révolution française, n° 1, 2016, avec Marc Belissa, Manuel Covo, Jack Rakove, p. 167-198.

Articles dans des ouvrages collectifs

  • LEMAIRE Félicien, 2016,« Propos introductifs ». In : La beauté : aspects juridiques et politiques. 09/04/2015, Angers. Presses universitaires juridiques de Poitiers, LGDJ-Lextenso éditions, p. 15-19. ISBN : 979-10-90426-50-4.

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Existe-t-il un peuple dans la République ? ». In : L’unité de la République et la diversité culturelle. 31/10/2014, Saint-Denis de La Réunion. PUAM, p. 13-23. ISBN : 9782731410082.

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Sur la distinction entre le bonheur et le bien-être dans les constitutions ». In : Première rencontre d’Angers BonDroit – Doctrine et réalité(s) du bonheur . 8-9/12/2016, Angers. Mare et Martin, Doctrine et réalité(s) du bonheur, 2016. ISBN : 978-2849343371.

  • SEBAUX, Gwénola, « L’Allemagne peut-elle (doit-elle, veut-elle) assumer un leadership européen en matière migratoire ? » in Beyza Ç. TEKİN & Didem DANIŞ (Dir.), Visions croisées autour des frontières européennes : mobilité, sécurité et frontières, Editions de l’Université Galatasaray, Istanbul, 2017, p. 61-74

  • SEBAUX, Gwénola, « Reconstructions identitaires par-delà les frontières : le cas des Allemands du Banat » in Gwénola Sebaux (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècle), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017, p. 83-93

  • SEBAUX, Gwénola, « Introduction » in Gwénola Sebaux (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècle), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017, p. 11-19

  • SEBAUX, Gwénola, “The Banat Germans in the early 21st Century. Which Heritage? Which Memory? Which Identity ? » in Vasile Docea (éd.), Paths to Belonging. Constructing local Identity in Banat by Means of cultural Heritage and Historiography, Nomos Verlag, Baden-Baden 2016, p. 122-145.

  • SEBAUX, Gwénola, « Destinées russe-allemandes: Exode et déportation des Allemands de Russie » in Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Fuite et expulsion des Allemands. Transnationalité et représentations 19e-21e siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2016, p. 79-88.

  • SEBAUX, Gwénola, « Les Allemands du Banat, Fuite, émigration, éclatement d’une collectivité historique » in Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Fuite et expulsion des Allemands. Transnationalité et représentations 19e-21e siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2016, p. 315-324.

  • THIBAUD, Clément, « Republicanism », in Trevor Burnard (dir.), Oxford Bibliographies in Atlantic History, New York, Oxford University Press, 2016.

  • THIBAUD, Clément, « 1983 : Benedict Anderson dévoile le fondement fictionnel des nations », in Cyril Lemieux (dir.), Pour les sciences sociales. 101 livres, Paris, Editions de l’EHESS, 2017, p. 101-105.

  • THIBAUD, Clément, « Idées et pratiques révolutionnaires », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 123-136.

  • THIBAUD, Clément, « Naissance de la Colombie », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 242-245.

Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières Républiques Hispaniques : Colombie et Venezuela

Clément Thibaud, Professeur en Histoire Contemporaine  à l’Université de Nantes et co-porteur du Projet CITER, vient tout juste de faire paraître aux éditions Perséides son dernier ouvrage : Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières Républiques Hispaniques : Colombie et Venezuela (1780 – 1820). 

    Pourquoi les premières républiques du monde hispanique sont-elles nées, au Nord de l’Amérique du Sud, entre Caracas, Carthagène-des-Indes et Bogota ? Comment, à l’aube du XIXè siècle, expliquer le surgissement précoce du régime de l’égalité civile au sein de sociétés organisées par les hiérarchies du statut et de la race ? Que doivent ces nouvelles républiques aux révoltes et aux révolutions de la Caraïbe française ou néerlandaise ? Comment « régénérer » un « peuple esclave » en une nation émancipée, et transformer Indiens, métis et libres de couleur en citoyens ?

Les révolutions de Terre-Ferme forment un pan oublié de l’histoire du républicanisme moderne. Elles voulurent faire d’une société coloniale un peuple d’égaux devant la loi, détruire le principe de la « pureté de sang », abolir la noblesse, sans guère toucher à l’esclavage. Ces guerres d’indépendance furent le fer de lance politique et militaire de l’émancipation de l’Amérique du Sud. Leurs cohortes combattirent jusqu’à Potosi et Bolivar convoqua le congrès à Panama dans le but de fédérer les jeunes nations américaines. L’idée républicaine s’est aussi construite loin de Philadelphie et de Paris, avec le soutien des « gens de couleur ». Ces premiers États sans roi de l’Amérique latine s’inscrivent, de plein droit, dans la séquence des révolutions atlantiques, contribuant ainsi à redessiner la carte politique du monde contemporain.

L’ouvrage est disponible ici.