Publications récentes des chercheurs du projet CITER

Ouvrages

  • SEBAUX, Gwénola, (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècles), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017 (234 p.)

  • THIBAUD, Clément, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières républiques du monde hispanique (Colombie et Venezuela 1780-1820), Les Perséides, Mordelles, 2017, (545 p.)

Articles de revues

  • LEMAIRE Félicien, 2017, « Le projet de loi antisexiste d’Yvette Roudy ou de la difficulté à saisir le sexisme par le droit ». Droits, Revue française de théorie, de philosophie et de cultures juridiques. 2017. n°61, 2015 p. 143-170

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Le bonheur est un droit que l’on doit revendiquer! ». In : Culture Sciences. 11 octobre 2016. Nantes : Région Pays de la Loire, 2016. 

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Pourra-t-on un jour revendiquer le “droit au bonheur” devant les tribunaux ? ». In : Angers Mag. 8 décembre 2016. Angers, 2016. 

  • SEBAUX, Gwénola, « La politique migratoire du 3e gouvernement Merkel en temps de crise », Allemagne d’aujourd’hui N° 222, oct-déc. 2017, p. 55-74.

  • SEBAUX, Gwénola, « Nationalité et citoyenneté : L’Allemagne post-migratoire au défi », Allemagne d’aujourd’hui N° 218, oct-déc. 2016, p. 209-224.

  • SEBAUX, Gwénola, « Pegida: émergence, sens et influence d’un mouvement identitaire (trans)national dans l’espace public allemand », Revue d’Allemagne N°48 (2), juil.-déc. 2016, p. 187-199.

  • SEBAUX, Gwénola, „Die Deutschen in Paris – eine Hassliebe“ in Claire Demesmay, Christine Pütz, Hans Stark (éd.), Frankreich und Deutschland – Bilder, Stereotype, Spiegelungen. Wahrnehmung des Nachbarn in Zeiten der Krise. DGAP-Schriften zur Internationalen Politik, Berlin, Nomos Verlag, 2016, p. 131-146.

  • THIBAUD, Clément, « La crisis imperial como una experiencia compleja, 1808-1825 », Ayer, n°108, 2017, p. 307-337, avec Marcela Echeverri, Marta Lorente, Rodrigo Moreno, José María Portillo Valdés.

  • THIBAUD, Clément, « Les Indépendances dans l’espace atlantique, v. 1763-v. 1829 », Annales Historiques de la Révolution française, n° 1, 2016, avec Marc Belissa, Manuel Covo, Jack Rakove, p. 167-198.

Articles dans des ouvrages collectifs

  • LEMAIRE Félicien, 2016,« Propos introductifs ». In : La beauté : aspects juridiques et politiques. 09/04/2015, Angers. Presses universitaires juridiques de Poitiers, LGDJ-Lextenso éditions, p. 15-19. ISBN : 979-10-90426-50-4.

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Existe-t-il un peuple dans la République ? ». In : L’unité de la République et la diversité culturelle. 31/10/2014, Saint-Denis de La Réunion. PUAM, p. 13-23. ISBN : 9782731410082.

  • LEMAIRE Félicien, 2016, « Sur la distinction entre le bonheur et le bien-être dans les constitutions ». In : Première rencontre d’Angers BonDroit – Doctrine et réalité(s) du bonheur . 8-9/12/2016, Angers. Mare et Martin, Doctrine et réalité(s) du bonheur, 2016. ISBN : 978-2849343371.

  • SEBAUX, Gwénola, « L’Allemagne peut-elle (doit-elle, veut-elle) assumer un leadership européen en matière migratoire ? » in Beyza Ç. TEKİN & Didem DANIŞ (Dir.), Visions croisées autour des frontières européennes : mobilité, sécurité et frontières, Editions de l’Université Galatasaray, Istanbul, 2017, p. 61-74

  • SEBAUX, Gwénola, « Reconstructions identitaires par-delà les frontières : le cas des Allemands du Banat » in Gwénola Sebaux (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècle), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017, p. 83-93

  • SEBAUX, Gwénola, « Introduction » in Gwénola Sebaux (dir.), Identités, migrations et mobilités transnationales. Europe (XIXe – XXIe siècle), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2017, p. 11-19

  • SEBAUX, Gwénola, “The Banat Germans in the early 21st Century. Which Heritage? Which Memory? Which Identity ?” in Vasile Docea (éd.), Paths to Belonging. Constructing local Identity in Banat by Means of cultural Heritage and Historiography, Nomos Verlag, Baden-Baden 2016, p. 122-145.

  • SEBAUX, Gwénola, « Destinées russe-allemandes: Exode et déportation des Allemands de Russie » in Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Fuite et expulsion des Allemands. Transnationalité et représentations 19e-21e siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2016, p. 79-88.

  • SEBAUX, Gwénola, « Les Allemands du Banat, Fuite, émigration, éclatement d’une collectivité historique » in Carola Hähnel-Mesnard, Dominique Herbet, Fuite et expulsion des Allemands. Transnationalité et représentations 19e-21e siècle, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2016, p. 315-324.

  • THIBAUD, Clément, « Republicanism », in Trevor Burnard (dir.), Oxford Bibliographies in Atlantic History, New York, Oxford University Press, 2016.

  • THIBAUD, Clément, « 1983 : Benedict Anderson dévoile le fondement fictionnel des nations », in Cyril Lemieux (dir.), Pour les sciences sociales. 101 livres, Paris, Editions de l’EHESS, 2017, p. 101-105.

  • THIBAUD, Clément, « Idées et pratiques révolutionnaires », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 123-136.

  • THIBAUD, Clément, « Naissance de la Colombie », in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre (dir.), Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017, p. 242-245.

Participation au colloque international « Migrations familiales et usages du droit »

Le colloque international « Migrations familiales et usages du droit » organisé à l’Université Aix-Marseille a eu lieu les 22 et 23 février 2018. Il était consacré aux manières multiples dont les acteurs – migrants comme responsables des pays d’accueil – se saisissent du droit, le redéfinissent et construisent des vies dans les cadres légaux existants. L’accent était mis sur la complexité et la pluralité du droit concernant les migrations et la famille. Dans une approche interdisciplinaire, les interventions alliaient différents champs d’étude, du droit à la sociologie, en passant par la science politique et anthropologie. La grande variété des recherches présentées permettait d’examiner les intersections entre droit de la famille et droit des étrangers à différentes échelles et dans différents pays. Les interventions avaient pour point commun d’aborder le droit dans et par ses pratiques. Cette approche a permis de mettre en évidence plusieurs thèmes centraux dans l’ensemble des cas présentés.

Premièrement, un sujet central du colloque était le lien établi, par le droit et par les pratiques du droit, entre la définition de ce qui constitue une famille et l’accès au séjour et à la citoyenneté. L’importance donné aux différentes formes de lien familial et différents critères de ce qui constitue une famille (filiation biologique, reconnaissance, autorité parentale, etc.) entretient des liens avec la manière dont on comprend l’essence même de la citoyenneté. La question de la famille et des migrations familiales invite à s’interroger sur la nature de l’appartenance à une communauté politique ou nationale : Qui naît citoyen et qui peut le devenir ? Comment se transmet la citoyenneté et les droits qui y sont attachés ?

Deuxièmement, les intervenant.e.s soulignaient que le droit est souvent en décalage par rapport aux réalités, qu’il s’agisse des pratiques culturelles, du vécu de la migration, ou de l’évolution des pratiques dans les pays d’accueil. De plus, les définitions et critères appliqués aux familles migrantes ne sont pas forcément les mêmes que les ceux appliqués au sein des sociétés d’accueil.

Troisièmement, un constat commun à une grande partie des interventions du colloque était celui d’une biologisation et génétisation croissante du lien familial et de la filiation. Cela peut avoir des conséquences au delà de la question de l’immigration. Ce qui se trouve ainsi modifié, c’est la manière dont on détermine l’appartenance à une nation et dont on transmet une citoyenneté. Cette évolution a un impact sur la manière même dont le fait d’être citoyen.ne est conçu dans les sociétés d’accueil.

Quatrièmement, on voyait aussi apparaître dans l’ensemble des communications l’idée d’une pluralité des conceptions de la famille et de l’appartenance, qui coexistent, mais qui peuvent aussi entrer en conflit. L’accent était mis ainsi sur la dimension fondamentalement culturelle du droit. Nombre d’intervenant.e.s notaient qu’il existe dans les pays d’accueil une tendance à délégitimer les conceptions propres aux pays d’origine. Cela s’applique également à la vision de la citoyenneté qu’on met en œuvre : bien qu’une grande diversité de principes et des logiques existe en pratique en cette matière, certaines d’entre elles trouvent plus de légitimité que d’autres auprès des institutions des pays d’accueil. De plus, les définitions de la citoyenneté qui sous-tendent le travail de ces institutions ne sont elles-mêmes pas sans tensions et contradictions internes.

Dans ce contexte, Kaja Skowronska, post-doctorante dans le projet CITER, a présenté une communication sur le thème « Familles légitimes et sentiments sincères : émotion et pouvoir discrétionnaire dans un bureau d’immigration polonais ». Le travail en question se basait sur une enquête menée dans une agence administrative chargée de l’accueil des étranger.e.s en Pologne. Son objet central était le lien entre les émotions présentes dans ce cadre, la question de l’appartenance et les formes subtiles de pouvoir discrétionnaire qui peuvent se manifester dans les pratiques quotidiennes des agent.e.s. Le but était d’examiner la manière dont l’émotion entre en jeu dans la relation administrative, que ce soit sous la forme de l’empathie ressentie à l’égard d’un.e migrant.e, de la capacité à comprendre sa position, ou bien de la légitimé accordée à ses sentiments. Puisant d’une part dans la littérature relative aux guichets de l’immigration, et d’autre part dans la sociologie des émotions, il était postulé dans cette présentation qu’il est possible d’examiner le traitement des émotions dans les services d’immigration pour accéder à une compréhension des discours et définitions sous-jacents concernant le famille, l’appartenance à la nation, ou la citoyenneté. La communication mettait notamment en exergue le lien qui peut être établi entre les frontières de la communauté nationale et les frontières de l’empathie. En effet, derrière la définition d’une personne digne d’empathie on discerne un imaginaire concernant ce qui constitue une vraie famille, mais aussi ce qui délimite la communauté nationale. Si l’expérience des liens familiaux, partagée par les agent.e.s et les migrant.e.s, peut occasionnellement permettre d’étendre le champ de l’empathie et de dépasser les limites de la nationalité, cela n’est possible que dans la mesure où la division entre nous et les Autres n’est pas réellement mise en cause.

Le programme complet du colloque est disponible sur son site.