Appel à Communications colloque international “Citoyenneté(s) et démocratie”

6-7 décembre 2018
Faculté de droit, d’économie et de gestion, Université d’Angers

Bien qu’aujourd’hui admise et allant de soi, l’association des termes proposée au sein de ce colloque est pourtant complexe. Elle est le fruit d’une confusion des données, rendues cohérentes dans l’analyse au fil du temps. Aux différences étymologiques et sémantiques initiales, s’ajoutent en effet des différences d’usages politiques qui témoignent des distinctions fondamentales entre ces deux termes. Tandis que la citoyenneté apporte une réflexion sur l’appartenance d’un individu à un groupe, une cité, un Etat ; la démocratie représente un régime politique pensé à travers la souveraineté du peuple. C’est assez dire que la citoyenneté peut en principe s’exprimer au sein de régimes politiques autres que démocratiques : elle n’implique pas nécessairement la démocratie et n’a d’ailleurs été ni assimilée ni pensée à travers elle durant de longs siècles.

Cependant, aussi étrange que soit cette association, les significations aujourd’hui accolées à ces termes et leur omniprésence dans nos sociétés poussent à les penser ensemble sur les plans idéologique, théorique et pratique. Les crises nationales et supranationales actuelles (perte de repère face à la mondialisation et la globalisation financière, crise économique et sociale, crise d’identification des populations, crise des valeurs et des institutions, crise de la représentation et de la représentativité), que cristallise une crise de confiance politique, impliquent de redéfinir le rapport entre citoyenneté et démocratie. Les élites tentent en ce sens de réintroduire diverses formes de citoyenneté et de démocratie afin que ces mots ne restent pas des coquilles vides, en organisant notamment des espaces de citoyenneté et de démocratie participative dont la finalité première est de renforcer l’investissement des citoyens dans la vie publique. De multiples qualificatifs sont attribués à ces termes qui les rendent maintenant presque indissociables : à une citoyenneté participative, responsable, inclusive, active correspond une démocratie participative, représentative, populaire, délibérative, etc. Ces qualificatifs démontrent une interaction croissante entre citoyenneté et démocratie au point qu’on ne les distingue plus très bien dans le langage et l’action politiques. La citoyenneté renforce la démocratie par l’action participative des citoyens. Elle se charge de nouvelles connotations et occurrences en remodelant les conceptions admises sur l’identité collective autant que celles établies sur la souveraineté. La démocratie, quant à elle, charge la citoyenneté d’un contenu social et politique par le biais de l’expression du peuple. Elle réagence le rapport du citoyen à l’objet politique en l’essentialisant dans la prise de décision politique.
Dès lors, la citoyenneté est-elle nécessaire pour définir la démocratie, la légitimer ? La démocratie n’est-elle que l’expression d’une citoyenneté « démocratisée » ? Qu’apportent ces nouvelles formes, ces nouveaux contenus de citoyenneté et de démocratie, ces nouvelles expériences réelles et/ou virtuelles, permettant d’établir des échanges entre les citoyens et les institutions ? Dans un espace politique de plus en plus décloisonné, qui n’est plus simplement circonscrit à l’Etat et à ses frontières, l’intérêt des réponses à ce questionnement prend une forme accentuée en entremêlant de plus en plus les données et problèmes politiques. La citoyenneté devient en effet multiple dans sa réalité et ses figures : « citoyenneté nationale », « citoyenneté régionale », « citoyenneté européenne », mais également « citoyenneté mondiale » sous le prisme des nouvelles technologies, à partir desquelles il est déjà convenu de parler de « citoyenneté numérique » en s’appuyant sur des solidarités de conscience nées des problèmes environnementaux, de sécurité sanitaire ou plus largement des droits de l’Homme. Ces évolutions engendrent-elles la notion de progrès au sein des actions politiques, modifient-elles réellement le rapport à la démocratie ?

L’objectif de ce colloque est de démontrer que ces deux notions comportent une pluralité de sens et de conséquences. Au-delà du simple constat de la crise de la représentation, elles invitent les disciplines à dialoguer en s’interrogeant sur les débouchés souhaités ou espérés d’un renouveau de la démocratie au travers d’une citoyenneté plus active. Se trouvent ainsi sollicitées plusieurs thématiques : celle de la réalité du lien aujourd’hui entretenue entre ces deux notions, celle de la nature exacte du modèle démocratique projeté dans cette refondation du lien entre citoyenneté et démocratie, et celle des modalités envisagées pour le renouveau des mécanismes de participation des citoyens à la vie démocratique.

1. La question du lien entre citoyenneté et démocratie
Seront ici envisagées successivement les origines et fondations du rapport ; l’analyse philosophique, historique et politique des processus de démocratisation et d’apprentissage de la citoyenneté ; les incidences que cela a eu sur l’évolution dans les Etats sortant de l’autoritarisme et du totalitarisme, comme dans les Etats réputés libéraux.

2. Les enjeux politiques et juridiques de la rénovation du rapport entre citoyenneté et démocratie
Sur fond de débat idéologique et politique : entre néo-républicanisme et néo-libéralisme, démocratie représentative et citoyenneté participative, se pose ici la question du modèle démocratique recherché dans ce renouveau du rapport citoyenneté-démocratie.
Subséquemment se pose également la question du dépassement ou pas de l’Etat dans le rapport citoyenneté-démocratie. La citoyenneté nationale semblant être frappée de précarité, est-ce à prétendre que la Nation et l’Etat sont appelés à disparaître ; qu’émerge en conséquence une « identité post-nationale » de nature à renouveler le regard sur les fondements et les valeurs démocratiques ?
Face aux crises identitaires, quelles sont les réponses apportées par l’Europe au repli national ? L’Europe est-elle inclusive ou exclusive ? Les tensions identitaires sont-elles uniquement la conséquence du repli national ou également la conséquence du repli européen ? Quelles sont les interactions avec les crises migratoires, avec le terrorisme et le désir d’identification de certaines populations, au regard d’une conception de plus en plus élargie de la citoyenneté ?

3. Les modalités et le renouveau des mécanismes de participation des citoyens à la vie démocratique
Dans le cadre de cette dernière thématique d’analyse, il s’agira d’identifier les nouvelles manières de porter les causes des citoyens sur la scène politique, en posant la question des formes alternatives à la démocratie représentative. Quel rôle jouent ou joueraient réellement les citoyens, dans ces formes alternatives, en ce qui concerne la réalité de la prise de décision ? Qu’on évoque pour cela la démocratie d’opinion ou démocratie sondagière, le pouvoir médiatique, la démocratie continue, la citoyenneté numérique, les mouvements citoyens formalisés, informels ou spontanés.
Quelle est la portée et quelles sont les limites de cette demande de renouveau du lien entre citoyenneté et démocratie ? En s’interrogeant sur ce dernier point, c’est poser la question de l’effectivité des mutations par rapport au pouvoir décisionnel de l’appareil étatique et par rapport au mécanisme représentatif.

Format de la communication
La langue du colloque sera le français.
La proposition de communication (400 mots, en français) devra être accompagnée d’une présentation biographique et bibliographique de l’auteur (CV).

Envoyez votre proposition de communication conjointement à :
– Félicien Lemaire : felicien.lemaire@univ-angers.fr ;
– Stéphanie Morandeau : stephanie.couderc-morandeau@univ-nantes.fr ;
– Gwénola Sébaux : gwenola.sebaux@wanadoo.fr ;
– Clément Thibault : clement.thibaud@univ-nantes.fr ;
– Hélène Desaivre-Mallard : helene.desaivre-mallard@univ-angers.fr

Avant le 13 juillet 2018
Retour sur les propositions le 17 septembre 2018

Consulter l’appel à communications dans son intégralité

Inscrivez-vous au colloque “Représentation et mémoire de la migration”

Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest Angers), Bettina SEVERIN-BARBOUTIE (Justus-Liebig Universität Gießen), Meryem YOUSSOUFI (Université Ibn Zohr Agadir), Zaihia ZEROULOU (Université Lille 1) et Dirk RUPNOW (Institut für Zeitgeschichte / Universität Innsbruck),  vous invitent à vous inscrire au prochain colloque international du CRHIA, organisé dans le cadre du projet CitƐr (“L’Europe et les frontières de la citoyenneté”), sur le thème :

Représentation et mémoire de la migration

 POUR S’INSCRIRE >> accès au formulaire en cliquant ici

(entrée gratuite sur inscription)

24 et 25 mai 2018 à Nantes

Les migrations sont depuis quelque temps au cœur des débats politiques et sociétaux en Europe, et vont très probablement le rester dans les années à venir. Or dès avant les événements « de crise » (perçus comme tels) de l’année 2015, il était devenu manifeste que les sociétés migratoires européennes, façonnées surtout par ladite « migration de travail » après la Seconde Guerre mondiale, n’avaient pas ou qu’à peine intégré dans leurs « mémoires collectives » la perspective migratoire et les expériences et mémoires des migrant(e)s. Dans les infrastructures de la « mémoire collective » (archives, musées) ou dans les narratifs historiques dominants, migrations et migrant(e)s ne sont ni visibles ni audibles.

Toutefois ces dernières années on observe une nette augmentation des activités de recherche, d’archivage, d’expositions et de muséalisation autour des histoires migratoires respectives. Différents acteurs y apparaissent : les migrants eux-mêmes, la société civile, la communauté scientifique et les responsables politiques. Et naturellement les médias, par leur traitement de la thématique, jouent un rôle central.

En se fondant sur les avancées accomplies par la recherche, les archives et les musées, le colloque se propose d’envisager selon différentes perspectives les conditions, les formes et les effets de la représentation et de la mémoire de la migration. À partir d’analyses de l’histoire et du présent il s’agit d’étudier selon quels modèles, traditions et perspectives les différents pays négocient la migration et l’intégration, et quelles discussions nationales suscitent la mise en visibilité des histoires migratoires ainsi que les défis spécifiques qui y sont corrélés.

Une traduction simultanée des débats du colloque sera assurée.

Consulter le programme

Pour aller plus loin :

Lieu : Château des ducs de Bretagne – Musée d’histoire de Nantes – 4, place Marc Elder – 44000 NANTES

Contact : remig@sciencesconf.org

 

Appel à communications “Muslim minorities and the refugee crisis in Europe. Narratives and policy responses”

Dans le cadre du projet européen “Muslim minorities and the refugee crisis in Europe”, le Département de Sciences Politiques de la School of Economics de Varsorvie et l’unité de recherche “Middle East and Central Asia” lancent un appel à communications pour un colloque international organisé à Varsovie les 8 et 9 novembre 2018 sur le thème :

Muslim minorities and the refugee crisis in Europe. Narratives and policy responses

The recent refugee crisis started by the ongoing war in Syria caught Europeans by surprise.The wave of refugees (and later migrants from other regions) who came to the EU posed a huge logistic, social and political challenge both for individual member states and the EU. While protecting those who flee war is among the core of European values, tr anslating these values into practical political response is proving to be very hard. The situation is further exacerbated by the longevity of the conflict: hardly anyone expected Bashar al Asad, or the self proclaimed caliphate of ISIS to last so long…

Date limite pour les propositions de communications : 30 juin 2018

 

Conférence d’Annie PETIT : “Le projet européen positiviste”

Stéphanie COUDERC-MORANDEAU, ingénieure CNRS, membre du laboratoire DSC (UMR 6297), associée au CRHIA (Université de Nantes) et co-coordinatrice du projet CITER, vous invite à assister à la conférence d’Annie PETIT, Professeure émérite de philosophie à l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3, le 15 mai 2018 de 14h  à 16h sur le thème :

Le projet européen positiviste

Présentation :

Au 19e siècle, dans une Europe bouleversée par les révolutions, les projets de réorganisation sont nombreux. Auguste Comte, fondateur du positivisme partage ce souci.

Une confrontation de ses idées avec celles de Saint-Simon, dont il fut un temps très proche collaborateur, permet de préciser quelques originalités. Plutôt que sur les liens industriels, il compte sur « la force européenne des savants » ; il dénonce aussi le « modèle anglais ». Il précise ensuite ses projets de regénération européenne sous forme de « République occidentale » en s’appuyant largement sur l’histoire. Puis il insiste sur une union recherchée d’abord par des idées et sentiments partagés sur la conviction d’une appartenance à l’Humanité : il programme alors des institutions : nouveau Calendrier, liste de lectures, etc., pour soutenir une nouvelle religion définie par re-lier.

L’engagement européen des disciples de Comte est plus ou moins appuyé, en partie lié à l’acceptation de la religion, que contestent les dissidents regroupés autour de Littré, alors que les orthodoxes regroupés autour de Laffitte s’appliquent à poursuivre cette politique, et des disciples ouvriers y travaillent ardemment par le syndicalisme international. Les circonstances politiques influent aussi : la guerre de 1870 conduit orthodoxes et dissidents à allonger les délais pour l’Europe positive. Plus tard les disciples, groupés à partir de 1906 en Société positiviste internationale, reprennent la question avec l’expérience des deux grands conflits mondiaux et les discussions sur la Société des nations.

Lieu : Université de Nantes – MSH Ange-Guépin – Salle de conférences – 5, allée Jacques Berque – 44000 NANTES

Partenaires :

Contact : citer@univ-nantes.fr