Colloque final “Les frontières de la citoyenneté européenne”

18 au 20 septembre 2019, MSH Ange Guépin, Nantes

Un colloque final du projet Citer se tiendra du 18 au 20 septembre 2019 à la MSH Ange Guépin de Nantes.

Il est organisé par Claude-Olivier Doron (Université Paris-Diderot), Federica Morelli (Université de Turin) et Clément Thibaud (EHESS-Mondes Américains) et coordonné par Alliance Europa – Institut d’études européennes et internationales.

Il s’organisera autour de deux axes, avec une première partie en français et une deuxième partie en anglais:

1/ Question raciale et question coloniale dans les courants progressistes du premier XIXe siècle (18 et 19 septembre 2019)

Ce colloque part d’un double constat que l’historiographie a contribué récemment à mettre en avant. D’une part, l’importance jouée par divers groupes progressistes ou réformateurs, critiques des hiérarchies et des statuts fixes de l’Ancien régime, soucieux de promouvoir une société fondée sur les capacités naturelles, l’industrie ou le mérite, dans la problématisation de la question des races humaines dans le premier XIXe siècle. Qu’il s’agisse de libéraux, de républicains ou de personnes inspirées par les mouvements d’organisation sociale, saint-simoniens ou socialistes, tous ont joué un rôle considérable dans la mobilisation de la question raciale en politique et en économie. Ce rôle, complexe, mérite d’être étudié et pris au sérieux, en analysant les tensions ou les rapports qui existent entre la promotion d’une société orientée vers l’égalité des droits, voire vers l’égalité sociale, et les réflexions portant sur les inégalités naturelles entre races; entre des doctrines résolument critiques de l’esclavage, promouvant soit le libéralisme économique, soit des modes d’organisation du travail, et la prise en compte des capacités ou des aptitudes raciales distinctes. L’objectif premier de cette journée consistera donc à faire le point sur ces enjeux, dans une perspective transatlantique, à travers tant un examen des doctrines que des pratiques ou des projets politiques elles ont peu donner lieu.

D’autre part, l’historiographie récente a contribué à mettre en avant le rôle joué par ces mêmes groupes, depuis la fin du XVIIIe siècle, pour repenser le système colonial et promouvoir des formes de colonisations nouvelles, fondées sur la mise en valeur des territoires, l’ouverture de nouveaux débouchés, la mise en activité des capitaux, des terres et des hommes, et des rapports de travail non-esclavagistes. On peut songer tant aux projets de colonisation de l’Afrique portés par la seconde Société des Amis des Noirs qu’aux diverses utopies d’inspiration fouriéristes ou saint-simoniennes en Amérique du Sud ou en Afrique du Nord, ou encore aux nombreuses réflexions socialistes ou républicaines visant à orienter la nouvelle colonisation de l’Algérie dans les années 1830-1840. Il s’agira donc de réfléchir à la manière dont ces projets s’inscrivent dans les réflexions économiques et politiques plus larges de ces différents courants et, le cas échéant, comment la question raciale proprement dite s’y articule.

2/ Citizenship and residence in colonial and postcolonial contexts (20 septembre 2019)

In social theory, citizenship is located exclusively within the site of the state and the historicity of the concept of citizenship is closely aligned to the historicity of the concept of the nation-state. This implies, on the one hand, a break from earlier periods when “belonging” was located most often within the doctrine of allegiance, or in other words, the concept of subjecthood; on the other hand, focusing excessively on its normative aspects, it disregards the social dimension of citizenship. Actually, citizenship cannot be reduced to a direct relationship of an individual to the state, unmediated by another affiliation. From its start to the present, citizenship has always had a cultural content: there has always been a question of what sort of people were “in”, and what sort “out”. Yet, the idea of the relationship of an individual to the state, unmediated by another affiliation, has always been a form of claim-making, not an essence of citizenship, and debates about the relationship of citizenship to other forms of social affinity are long-standing and on-going within communities of citizens. We seek to bring together an interdisciplinary group of scholars working across the fields of colonial history, legal history, and citizenships studies to explore the construction of citizenship in colonial and postcolonial contexts. We consider that the colonial/imperial perspective can contribute to decouple citizenship from nationhood and envisage membership and allegiances invested in collectivities and organizational forms smaller than or transversal to the states, such as cities or ethnic groups, or larger and superordinate to the state. Historiography on early modern and modern empires has demonstrated that these multi-community political formations created segmented categories of belonging that gave differential access to rights, echoing and reinforcing the inequality between its different constituent units. Through the analysis of various experiences, from the 16th to the 20th century, the workshop aims to examine the status of the people living in colonial and post-colonial contexts in order to rescue the heterogeneity of citizenship regimes.